Mortalité des abeilles : l'Assemblée interdit les insecticides néonicotinoïdes

le
0
Mortalité des abeilles : l'Assemblée interdit les insecticides néonicotinoïdes
Mortalité des abeilles : l'Assemblée interdit les insecticides néonicotinoïdes

Alors que la production de miel en France en 2014 a baissé d'un tiers par rapport à 2013, l'Assemblée nationale a voté jeudi, contre l'avis du gouvernement, l'interdiction à compter de janvier 2016 des produits phytosanitaires de la famille des néonicotinoïdes réputés toxiques notamment pour les abeilles, via un amendement des députés socialistes Gérard Bapt et Delphine Batho.

Appelant à «entendre le cri d'alarme des apiculteurs» vu la mortalité actuelle massive des abeilles, par exemple dans le département des Deux-Sèvres, l'ancienne ministre de l'Ecologie Delphine Batho a souhaité que la France, qui a été pionnière en interdisant l'utilisation du  Cruiser sur le colza, fasse de même avec tous les néonicotinoïdes, qui agissent sur système nerveux central des insectes,  et instaure «un moratoire» du même type qu'avec le maïs OGM.

Si la Commission européenne a restreint l'utilisation de trois substances actives de la famille des néonicotinoïdes, cinq molécules restent actuellement autorisées en France (imidaclopride, thiaclopride, clothianidine, thiaméthoxame et acétamipride) et présentent une toxicité aigüe, notamment pour les abeilles.

Des effets toxiques sur les abeilles mais aussi sur la santé humaine

Pour protéger la santé humaine et la biodiversité, et particulièrement les abeilles, l'environnement et la santé, l'amendement vise toute la famille des néocotinoïdes. Il faut éviter que l'industrie ne substitue des produits cousins après le retrait d'un produit précis, a plaidé le député de Haute-Garonne Gérard Bapt. Selon ce médecin de profession, les effets toxiques sont scientifiquement prouvés, à la fois sur les insectes pollinisateurs mais aussi sur les sols, l'eau, et sur la santé humaine.

Défavorable à la mesure, au motif notamment que «le cadre européen ne permet pas une interdiction stricte», la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a souligné le travail engagé par le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant