Mort du roi Abdallah : des hommages... et des critiques

le
0
Mort du roi Abdallah : des hommages... et des critiques
Mort du roi Abdallah : des hommages... et des critiques

Le roi Abdallah d'Arabie saoudite, 90 ans, s'est éteint vendredi, après avoir régné pendant 20 ans sur la première puissance pétrolière mondiale. Il a été enterré dans l'après-midi à Ryad en présence de nombreux dignitaires étrangers. Le président américain Barack Obama a été l'un des premiers à saluer la mémoire d'un «ami précieux» et d'un dirigeant «sincère». Son homologue russe Vladimir Poutine a loué un «homme politique sage et un dirigeant qui jouissait de l'amour et du respect de ses sujets». Quant à François Hollande, il prévoit de se rendre en Arabie saoudite pour présenter personnellement ses condoléances.

Mais même si son poids pétrolier et sa volonté affichée de lutter contre le jihadisme ont fait de l'Arabie saoudite un allié incontournable et respecté des grandes puissances de ce monde, de nombreuses voix se font entendre pour dénoncer les atteintes aux droits de l'Homme ou pour évoquer une liberté d'expression régulièrement bafouée pendant le règne du roi Abdallah.

L'Arabie saoudite a récemment prononcé la condamnation d'un blogueur à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet pour «insulte envers l'islam». Le tort de Raef Badaoui, lauréat 2014 du prix Reporters sans frontières (RSF) : avoir animé  le site internet Liberal Saudi Network, qui comprend un forum de débats et qui critiquait vraisemblablement un peu trop vertement la police religieuse et certains édits islamiques. Comble de la cruauté, les coups de fouet doivent être répartis sur 20 semaines. Les 50 premiers ont été donnés mi-janvier. Depuis, les plaies n'ont pas suffisamment cicatrisé pour permettre aux 50 suivants d'être administrés... Amnesty international avait vivement réagi à la flagellation, en dénonçant un acte «vicieux et cruel qui est interdit par la loi internationale». De son côté, l'Union européenne avait déploré un acte «inacceptable» et appelé les autorités saoudiennes à «suspendre toute ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant