Mort du cinéaste Claude Miller

le
0
LE RÉALISATEUR CLAUDE MILLER EST MORT
LE RÉALISATEUR CLAUDE MILLER EST MORT

PARIS (Reuters) - Le cinéaste Claude Miller, révélé par "La meilleure façon de marcher" en 1976, est mort dans la nuit de mercredi à jeudi à l'âge de 70 ans, a-t-on appris auprès de sa maison de production, "Les Films du 24."

Issu de La Nouvelle Vague après avoir collaboré avec Jean-Luc Godard et François Truffaut, Claude Miller a réalisé une vingtaine de longs métrages, dont "Garde à vue" en 1981. Il avait reçu le prix Louis Delluc en 1985 pour "L'Effrontée" et le prix du jury à Cannes en 1998 pour "La classe de neige".

Claude Miller, qui luttait contre la maladie, a pu achever son dernier film, "Thérèse Desqueyroux", d'après François Mauriac, avec Audrey Tautou et Gilles Lellouche, et dont la sortie en salles est prévue à l'automne.

Le monde du cinéma a exprimé son émotion. "Jour de tristesse, Claude Miller est mort", a ainsi "twitté" le Festival de Cannes.

"Claude Miller laissera le souvenir d'un cinéaste de talent, cinéphile et curieux", écrit la société civile des auteurs, réalisateurs et producteurs (ARP), dont il fut le président de 1997 à 1999.

Ses films ont signé "une filmographie à la fois populaire et exigeante, révélant un vrai regard d'auteur", ajoute-t-elle dans un communiqué.

"Claude Miller est mort cette nuit. C'était un cinéaste, un cinéphile et un ami", ont déclaré sur Twitter le réalisateur Bertrand Tavernier et le directeur de l'Institut et délégué général du Festival de Cannes, Thierry Frémaux.

"Il était malade sur le plateau, mais il ne voulait pas lâcher la barre", a confié au magazine Première l'acteur Gilles Lellouche, qui a joué dans Thérèse Desqueyroux, le dernier film du réalisateur.

"C'était impressionnant de le voir combattre la maladie : il prenait son traitement mais refusait de se laisser abattre, refusait d'abandonner son film et ses acteurs", a-t-il ajouté.

Le président Nicolas Sarkozy a estimé dans un communiqué que Claude Miller avait "filmé comme personne l'enfance et l'adolescence, avec une prédilection pour les récits initiatiques comme 'L'Effrontée', qui révéla Charlotte Gainsbourg en 1985, ou 'La Petite Voleuse".

"Véritable humaniste, Claude Miller était parvenu à réconcilier le public et la critique autour de ses explorations à la fois minutieuses, inquiètes mais bienveillantes, des méandres de l'âme humaine", écrit-il.

Gérard Bon, édité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant