Mort de Rémi Fraisse : les lycéens manifestent à Paris

le
11
Mort de Rémi Fraisse : les lycéens manifestent à Paris
Mort de Rémi Fraisse : les lycéens manifestent à Paris

Le ministre de l'Intérieur a beau marteler que «rien n'a été caché» sur la mort de Rémi Fraisse, la colère des lycéens parisiens ne s'apaise pas ce jeudi, au lendemain de la publication des PV d'auditions des gendarmes engagés la nuit du drame sur le site du barrage controversé de Sivens (Tarn). Alors qu'une dizaine d'établissements scolaires ont été bloqués dans la matinée, quelques centaines de lycéens ont répondu à l'appel des syndicats Fidl et Unef et ont manifesté entre la place de la Nation et la place d'Italie. La mobilisation était toutefois moins importante qu'il y a une semaine.

Dans les cortèges, plusieurs revendications se mêlaient autour de la dénonciation de «violences policières». «Le cas Rémi Fraisse a été un élément déclencheur», argumentait l'un des manifestants.

Derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire «Non à la répression et aux expulsions», certains expliquaient être également dans la rue pour défendre des lycéens sans papiers, notamment un jeune Mauritanien mineur prénommé Yero placé en centre de rétention et menacé d'expulsion. D'autres étaient «simplement de passage», assumaient-ils hors de leur établissement scolaire.

«La police tue en toute impunité. La peur doit changer de camp. Protégeons nous, prenons la rue», avait auparavant incité le tract du Mili (Mouvement Inter Luttes Indépendant), qui avait appelé au blocage des lycées et des universités ce jeudi et vendredi. Des poubelles ont ainsi été placées en enfilade devant les portes de certains établissements.

La ministre de l'Education comprend mais...

La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, s'est par ailleurs montrée compréhensive par rapport à ces manifestations lycéennes : «Quand c'est une émotion sincère qui amène les jeunes à exprimer leur solidarité à la mémoire de Rémi Fraisse, en soutien à la famille, aux proches de ce jeune homme, eh bien j'estime que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • launor le dimanche 20 sept 2015 à 12:47

    Ils savent qu'ils auront beau faire des études poussées, ils n'hériteront pas de l'entreprise du château ou du carnet d'adresses de leurs ancêtres. Et par contre ils subiront une sélection impitoyable durant toutes leurs études et éventuelles carrières si ils ne veulent pas se contenter de miettes.

  • M9080292 le jeudi 13 nov 2014 à 18:12

    Toujours les mêmes lycées du cour de Vincennes, Hélène Boucher et Maurice Ravel, des lycées à gauchiste; quand on voit leur résultat au BAC en dessous de la moyenne.

  • M940878 le jeudi 13 nov 2014 à 16:12

    normal l'école vient de commencer

  • m.bouil4 le jeudi 13 nov 2014 à 16:10

    les manifs lycéennes sont vraiment l'expression de la vacuité la plus totale, sans oublier les ferments anti-démocratiques comme le blocage des lycées. Et la ministre est bien sûr "compréhensive"...

  • bordo le jeudi 13 nov 2014 à 16:02

    Lycéens stu.pides mani.pules par des profs gau.chistes.

  • gnapi le jeudi 13 nov 2014 à 12:12

    Et renverser des poubelles ... jolie la conscience pseudo-écolo !!

  • gnapi le jeudi 13 nov 2014 à 12:11

    Et aucune manif pour le policier mort dans une poursuite, pour ces femmes et hommes de l'ordre violentés dans les banlieues ou lors de mise à sac de centre ville ?

  • gnapi le jeudi 13 nov 2014 à 12:10

    Ces pro de l'indignation font ce qu'ils disent combattre : empêcher par la force une majorité à accéder à une formation. Dans 20 ans ils seront bobo et fustigeront ceux qui ne pensent comme eux en se prenant pour de grands défenseurs de la démocratie.

  • gnapi le jeudi 13 nov 2014 à 12:07

    Et leurs parents se donneront bonne conscience en donnant des sous poru financer des écoles dans les pays défavorisés ...

  • gnapi le jeudi 13 nov 2014 à 12:06

    Cet irresponsable comportement antidémocratique de quelques écervelés privilégiés nuit à la formation des étudiants. Et pourtant tout le monde reconnait que la formation doit rester une priorité. Elle est belle la démocratie !