Mort de Pierre Schoendoerffer, réalisateur du "Crabe tambour"

le
0
PIERRE SCHOENDOERFFER, LE RÉALISATEUR DU "CRABE-TAMBOUR", EST MORT
PIERRE SCHOENDOERFFER, LE RÉALISATEUR DU "CRABE-TAMBOUR", EST MORT

PARIS (Reuters) - Le cinéaste et écrivain français Pierre Schoendoerffer, qui a réalisé "La 317e section" et "Le Crabe tambour", est mort mercredi à Paris à l'âge de 83 ans, a-t-on appris auprès de l'Académie des beaux-arts.

Le réalisateur a tiré une grande partie de son oeuvre de son expérience de la guerre d'Indochine et la vie de ce baroudeur se confond avec les pages d'un livre d'aventures.

Il s'était engagé à 19 ans comme mousse sur un chalutier avant de rejoindre en 1953, à 24 ans, le corps expéditionnaire français en Indochine comme cameraman aux armées. Fait prisonnier à la bataille de Diên Biên Phu, en 1954, il sera libéré après trois mois de détention dans un camp Viêt-minh.

Démobilisé, le jeune homme reste dans la région, devenant correspondant de guerre pour le magazine Life. Il fut ensuite sur tous les fronts, du Vietnam à l'Algérie, menant une triple carrière de grand reporter, écrivain et cinéaste.

En 1963, "La 317e section", roman largement autobiographique, révélera ce que fut l'enfer de l'Indochine. Il obtiendra le prix Interallié six ans plus tard pour "L'Adieu au roi" et celui du roman de l'Académie française en 1976 pour "Le Crabe tambour".

Comme réalisateur, Pierre Schoendoerffer, qui admirait Joseph Kessel, a adapté à l'écran le roman de ce dernier "La passe du diable" en 1958.

En 1968, il a obtenu l'oscar du meilleur documentaire avec "La Section Anderson", récit d'une unité de combat américaine durant la guerre du Vietnam.

"ARISTOCRATE DU COEUR"

En 1978, "Le Crabe tambour", qui raconte l'histoire d'un officier de marine dévoré par le cancer, a obtenu trois César. Pierre Schoerndoerffer a également réalisé en 1982 "L'honneur d'un capitaine", inspiré de la guerre d'Algérie.

Pierre Schoendoerffer était vice-président de l'Académie des beaux-arts.

"Cet aristocrate du coeur et de l'esprit, dont la vie évoquait irrésistiblement celle des héros de Joseph Conrad ou de Jack London qui avaient façonné son imaginaire, manquera à la France", écrit Nicolas Sarkozy dans un communiqué.

Le chef de l'Etat souligne qu'à l'heure où le cinéma français triomphe dans le monde, Pierre Schoendoerffer fut "l'un des très rares réalisateurs français qui, grâce à l'universalité de son message, a obtenu un Oscar à Hollywood - pour son documentaire La section Anderson, filmé au Vietnam, qui inspirera Francis Ford Coppola et Oliver Stone."

Le Premier ministre, François Fillon, évoque un "grand témoin de notre temps" qui, à son talent, ajoutait celui de peintre des hommes et de leur destin, confrontés aux fureurs de la guerre et de l'Histoire.

Le candidat socialiste à l'élection présidentielle, François Hollande, rend hommage à un homme "hanté par son expérience personnelle, lucide sur la guerre comme sur les hommes" et dont l'oeuvre "repousse les limites de la fiction pour mieux se confondre avec un certain regard sur le réel".

"Je rends hommage au réalisateur du Crabe tambour, Pierre Schoendoerffer, légende du cinéma français et romancier de talent", écrit pour sa part la présidente du Front national, Marine Le Pen, sur son compte Twitter.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant