Mort de Paul Vergès, grande figure politique de La Réunion

le , mis à jour à 17:52
11
Le sénateur communiste de la Réunion Paul Vergès dépose son bulletin de vote dans l'urne, le 13 juin 2004 à La Possession ( AFP / RICHARD BOUHET )
Le sénateur communiste de la Réunion Paul Vergès dépose son bulletin de vote dans l'urne, le 13 juin 2004 à La Possession ( AFP / RICHARD BOUHET )

Paul Vergès, grande figure de l'île de la Réunion, est mort samedi à l'âge de 91 ans après plus de 60 ans d'une vie politique marquée par la fondation du Parti communiste réunionnais et la défense constante de l'identité de l'île.

Celui qui était doyen du Sénat - Serge Dassault (LR) l'est désormais - est mort dans la nuit de vendredi à samedi, a annoncé sa famille dans un communiqué. Le "décès de Paul Vergès (est) survenu cette nuit au CHU de Bellepierre (à Saint-Denis) où il était hospitalisé" depuis le 25 octobre, a précisé son fils Pierre Vergès.

"Visionnaire, il inscrivait ses préconisations pour la Réunion, pour les Outre-mer et pour la France dans une analyse éclairée des évolutions démographiques, économiques et sociales du monde actuel", a réagi François Hollande.

"Une grande figure de La Réunion s'éteint. Sa voix manquera dans le débat politique", a regretté Manuel Valls sur Twitter.

Paul Vergès le 23 mai 2004 à  Saint-Denis-de-la-Réunion
Paul Vergès le 23 mai 2004 à Saint-Denis-de-la-Réunion ( AFP/Archives / RICHARD BOUHET )

Frère du célèbre avocat Jacques Vergès, décédé en 2013 et fils de Raymond Vergès qui a œuvré à la départementalisation de La Réunion et des Antilles-Guyane en 1946, Paul Vergès a profondément marqué la vie politique de La Réunion. Sa mère d'origine vietnamienne était morte en 1928.

Dans le sillage de son père, proche du Parti communiste français, Paul Vergès s'était engagé très vite en politique. Il a 17 ans lorsque aux côtés de son frère Jacques il s'engage dans les Forces Françaises Libres.

Dans les années 50, l'île souffre d'une grande misère sociale et d'un retard de développement économique que la récente départementalisation n'est pas parvenue à soulager. Il entame une carrière politique qu'il n'a jamais quittée depuis. Conseiller général en 1955, il est élu une première fois député en 1956.

Le tournant de son action politique se situe en 1959, lorsque "pour mieux ancrer la revendication identitaire réunionnaise", il quitte le PCF, fonde le Parti communiste réunionnais (PCR) et lance le mot d'ordre d'autonomie, puisque "la départementalisation est un rêve raté". Il est condamné à plusieurs reprises pour des délits de presse et atteintes à la sûreté de l'Etat, notamment durant la Guerre d'Algérie.

En 1981, à l'arrivée de François Mitterrand à la présidence de la République, le PCR met "en sommeil" son mot d'ordre d'autonomie pour tenter "l'expérience" de la décentralisation.

- 'Part d'ombres et de lumières' -

En plus d'un demi-siècle de vie publique, il a été conseiller général, député (1956, 1986, 1993), sénateur (1996-2005, 2011-2016), parlementaire européen (1979-1989, 2004-2007), maire (1971-1989), président de région (1998-2010).

Christiane Taubira et Paul Vergès le 11 juin 2004 à Saint-Denis de la Réunion
Christiane Taubira et Paul Vergès le 11 juin 2004 à Saint-Denis de la Réunion ( AFP/Archives / RICHARD BOUHET )

M. Vergès a souvent été qualifié d'homme politique "visionnaire" y compris par ses adversaires politiques - il a été l'une des premières personnalités à mettre en garde contre le réchauffement climatique.

"Je salue avec beaucoup d'émotion la mémoire de Paul Vergès. Son combat pour l'égalité a changé le quotidien de tous les Réunionnais", a tweeté la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, elle-même Réunionnaise.

Le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, a rendu hommage dans un communiqué à cette "figure du combat anti-colonial pour l'émancipation humaine". Quand il parlait de son île à Paris, il avait les yeux qui s'illuminaient", ajoute le sénateur de Paris.

"Sa longue vie de combat a traversé la part d’ombres et de lumières que les temps qu’il a vécus ont projetée sur tous. Mais chez lui, la lumière l’emporta toujours", a écrit Jean-Luc Mélenchon, candidat de "La France insoumise" à l'élection présidentielle.

A droite, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy ont eux aussi réagi. "Nos divergences politiques étaient connues. Je veux toutefois dire mon respect pour le parcours de Paul Vergès, infatigable militant de l’idée qu’il se faisait de la liberté et de l’émancipation réunionnaises", a écrit l'ancien président.

"Je sais ce qu'a été son dévouement à La Réunion, sa passion pour affirmer la place de la France dans l'océan Indien et son combat pour le développement", a renchéri le maire de Bordeaux.

"Avec la disparition de Paul Vergès, c’est une grande voix de La Réunion et du Sénat qui s’éteint", s'est ému Gérard Larcher, président LR du Sénat dans un communiqué.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • g.joly1 il y a 3 semaines

    alananas : il y a au moins 6 erreurs intentionnelles dans votre post.

  • g.joly1 il y a 3 semaines

    cavalair : c'est pourtant bien ce que vous pensez. Quant au PCR il n'a jamais tué quiconque pas plus que le PCF. Vous parlez du stalinisme, que je condamne. C'est autre chose et ça n'a rien à voir avec l'idéal communiste, c'est même son contraire.

  • M898407 il y a 3 semaines

    Voilà exactement le genre de politicard professionnel, et dépassé (91 ans !), dont ses "collègues" se plaisent à vanter les mérites alors que les électeurs rejettent violemment maintenant cette espèce d'élus inutiles...

  • cavalair il y a 3 semaines

    g-Joly1. Tu n'as pas honte de dire que c'etait un grand homme. Tu n'as plus d'excuses, maintenant quand on sait combien de millions de morts on fait les regimes communistes. Avant tu pouvais dire il n'y a pas de preuves, maintenant depuis la chutte de l'URSS c'est prove. C'est comme si je disait que les Na(Z)is 'etaientt des grands hommes. Honte a toi

  • Berg690 il y a 3 semaines

    Alananas, tu devrais bien en profiter car après tu n'auras rien à dire.

  • Alananas il y a 3 semaines

    Les cocos ne sont plus guère présent que dans les maisons de retraite, et qu'est le Sénat sinon une maison de retraite dorée aux frais du contribuable. 91 ans et encore en activité ! Pour un groupuscule politique qui prône la retraite avant 60 ans, c'est plutôt cocasse. Mais c'est un coco, pas à une contradiction près. Dieu merci, les communistes sont en voie d'extinction.

  • g.joly1 il y a 3 semaines

    Un grand homme.

  • janaliz il y a 3 semaines

    Je disais donc, les amis de Taubira ne sont pas mes amis !

  • mqsd il y a 3 semaines

    un de moins

  • alai1498 il y a 3 semaines

    Il a fortement contribué à mettre en place le système réunionnais lequel se traduit par 40% de chômage (versus l’île Maurice, voisine et semblable qui n'a pratiquement pas de chômage) sur le dos du contribuable métropolitain.