Mort de Marc Blondel : l'Elysée salue «un des grands acteurs du syndicalisme»

le
14
Mort de Marc Blondel : l'Elysée salue «un des grands acteurs du syndicalisme»
Mort de Marc Blondel : l'Elysée salue «un des grands acteurs du syndicalisme»

L'ancien secrétaire général du syndicat Force ouvrière Marc Blondel est mort dimanche à l'âge de 75 ans. Adhérent à FO en 1958, il avait pris la tête de l'organisation en 1989 à l'issue d'un congrès houleux. Il avait été réélu à une majorité écrasante (98%) en 1992, puis en 1996 avec 85% des voix, avant d'être ovationné lors de sa réélection pour un dernier mandat en 2000. Jean-Claude Mailly, considéré comme l'héritier de sa ligne, lui avait succédé quatre ans plus tard. Sa disparition a été saluée ce lundi par de nombreuses réactions. 

Jean-Claude Mailly , actuel secrétaire général de FO, a salué «quelqu'un qui avait une très forte détermination, un tribun hors pair qui a su donner à Force ouvrière et aux militants de la fierté de porter les couleurs de leur organisation». «C'était quelqu'un avant tout libre et indépendant (...), qui était très attaché à la liberté et à l'indépendance de son organisation syndicale», a ajouté l'actuel secrétaire général de FO, saluant un leader «déterminé, courageux, lucide». «Les militants et les militantes qui l'ont bien connu sont tous un peu orphelins aujourd'hui», a-t-il ajouté, rappelant que Marc Blondel «disait souvent que j'étais son fils spirituel».

Mort de Marc Blondel annoncée par Force Ouvrière pic.twitter.com/FKcBKPoTuB? Patrice Thomas (@patthomas) 17 Mars 2014

L'Elysée a salué la mémoire de l'ancien dirigeant de Force ouvrière, voyant en lui l'«un des grands acteurs du syndicalisme français (...), un homme de principes et de valeurs, il croyait en la République sociale». «Il laissera le souvenir d'un partenaire résolu, exigeant, parfois intransigeant, mais toujours au service de l'intérêt des salariés», poursuit la présidence.

LES SYNDICATS

La CGT. L'ex-numéro un de la CGT, Bernard Thibault, a rendu hommage à Marc Blondel, «dirigeant au caractère bien trempé» qui, «à sa manière, aura marqué ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair le mardi 18 mar 2014 à 14:39

    Sur la photo elle est bourree ou elle est en manque

  • M806665 le lundi 17 mar 2014 à 19:38

    Aujourd'hui, des gens qui ont été bons, honnêtes sont morts. L' Elysée nourri par ceux là ne s' y intéressera que pour prélever une dernière fois les impôts.

  • dupon666 le lundi 17 mar 2014 à 19:27

    les voleurs se font des courbettes

  • M806665 le lundi 17 mar 2014 à 19:26

    Entre copains, on se vénère. Dis moi tout le mal que tu as fait, pour savoir si tu as mérité le respect

  • M6104458 le lundi 17 mar 2014 à 19:21

    Sur la photo, j'ai l'impression que Marc Blondel a changé de genre !!!!

  • e.thelen le lundi 17 mar 2014 à 17:55

    encore un ' grand serviteur de l' Etat " qui s'est bien servi . Demandez à ses chauffeurs

  • luke4 le lundi 17 mar 2014 à 17:41

    ouai limousine, chauffeur et barreau de chaise au bec...comme disait coluche le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme, le syndicalisme c'est le contraire

  • M7093115 le lundi 17 mar 2014 à 17:39

    Etonnant comme ce microcosme politico syndicalo médiatique s' auto congratule en permanenceCes mal faisants se tiennent tous par la barbichette...

  • combiera le lundi 17 mar 2014 à 16:13

    bon débarras

  • jayce003 le lundi 17 mar 2014 à 15:52

    "La carrière de ce vétéran du syndicalisme aura néanmoins été quelque peu ternie par deux épisodes judiciaires. En novembre 2001, le conseil des prud'hommes de Paris l'a en effet condamné à verser - avec Force ouvrière - 88.594 euros à son ancien chauffeur pour horaires dépassés. Il a également été mis en examen pour avoir fait financer par la mairie de Paris pendant 10 ans le salaire de son garde du corps. L'Hôtel de ville sera remboursé à hauteur de 280.000 euros."Bye bye le voleur