Mort de Lucien Neuwirth, ancien élu gaulliste et père de la pilule

le
0
Mort de Lucien Neuwirth, ancien élu gaulliste et père de la pilule
Mort de Lucien Neuwirth, ancien élu gaulliste et père de la pilule

Lucien Neuwirth, grand résistant et gaulliste historique, longtemps élu de droite, est mort dans la nuit de lundi à mardi à 89 ans, a annoncé le site internet du Figaro, journal où travaille son épouse, Sophie Huet. Il est décédé peu après minuit des suites d'une infection pulmonaire, à l'hôpital Rossini-Sainte-Périne à Paris, a précisé cette dernière, également présidente de l'Association des journalistes parlementaires. Il était surnommé «le père de la pilule» pour avoir fait voter en 1967 une loi autorisant les contraceptifs, une première en France.

Dans la France très conservatrice d'avant 1968, cet élu UNR (ancêtre du RPR) était parvenu à faire adopter la loi qui porte son nom contre la majorité de son camp. Ce texte lui valut à d'être qualifié de «malfaiteur public» sur les bancs du Sénat. Au Parlement, «j'ai tout entendu», racontera plus tard le député de la Loire.Pour présenter son texte, il avait pourtant obtenu l'aval du général de Gaulle. Pourtant, au départ, le chef de l'Etat, très nataliste, n'y était pas favorable, pas plus que son épouse Yvonne de Gaulle, les associations catholiques ou l'ordre des médecins.

Déjà surnommé "Lulu la pilule" à 17 ans

C'est en décembre 1967, après bien des invectives au Parlement, que sa loi relative à la régulation des naissances, dite "loi Neuwirth", est votée puis promulguée: elle autorise la fabrication et l'importation de contraceptifs, leur vente exclusive en pharmacie sur ordonnance médicale, avec autorisation parentale pour les mineures. Il faudra cependant attendre 1972 pour que les derniers décrets d'application soient pris.

Pourquoi ce combat contre son camp ? «J'ai été élevé par deux femmes exceptionnelles», racontait Lucien Neuwirth dans une interview enregistrée en 1981 où il apparaît, rond, direct, affable, en compagnie de sa fille et de sa petite-fille. «Pour moi, hommes et femmes c'est pareil», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant