Mort de l'ancien résistant et maire d'Orly, Gaston Viens

le
0
L'ancien résistant et maire d'Orly, Gaston Viens, est mort lundi 21 décembre. Ce clicé a été pris le 21 janvier 2008.
L'ancien résistant et maire d'Orly, Gaston Viens, est mort lundi 21 décembre. Ce clicé a été pris le 21 janvier 2008.

Figure du Parti communiste, il a été déporté à l’âge de 20 ans dans le camp de Buchenwald. Il s’est éteint lundi soir à 91 ans.

L’ancien résistant Gaston Viens est mort lundi soir, a annoncé mardi 22 décembre la municipalité d’Orly dans le Val-de-Marne, dont il fut le représentant de 1965 à 2009. Il était âgé de 91 ans.

Il adhère en 1941 aux Jeunesses communistes, détaille son épouse citée par Le Parisien. Alors âgé de 17 ans, il rejoint la lutte contre l’occupation nazie. En 1943, il est arrêté en France, puis déporté un an plus tard dans le camp de concentration de Buchenwald, en Allemagne.

En 1989, après avoir exprimé des désaccords avec la direction du Parti communiste français (PCF), dont il avait occupé des fonctions au sein du comité central, il est exclu de la formation.

Gaston Viens a également été le premier président du conseil général du Val-de-Marne, de 1967 à 1970. Elevé au rang de commandeur de la Légion d’honneur, il était également décoré de l’Ordre national du mérite.

« Homme de caractère » Le président François Hollande a salué dans un communiqué la mémoire de ce « résistant et figure de notre vie politique », qui après la guerre « a continué de se battre pour son idéal ». Maire d’Orly « pendant plus de 40 ans », M. Viens a « profondément transformé sa ville et ses quartiers », a poursuivi le chef de l’Etat faisant l’éloge d’un « homme généreux et humaniste » qui a servi ses administrés « toute sa vie avec passion et dévouement ».

« Gaston Viens a fait partie des déportés qui ont juré le 19 avril 1945, sur la place du camp qu’ils avaient libéré, de lutter sans relâche pour “l...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant