Mort de l'ancien président uruguayen Jorge Batlle

le
0
    MONTEVIDEO, 25 octobre (Reuters) - Jorge Batlle, président 
de l'Uruguay de 2000 à 2005, est mort lundi à la veille de son 
89e anniversaire. 
    Membre d'une dynastie politique d'origine catalane qui a 
compté quatre chefs d'Etat, Jorge Batlle est décédé au Sanatorio 
Americano de Montevideo des suites d'une opération pour un 
caillot sanguin survenu après une chute ce mois-ci, a précisé la 
clinique. 
    Ancien avocat et journaliste de radio né le 25 octobre 1927 
à Montevideo, il avait été emprisonné après le coup militaire de 
1973 et interdit de toute activité politique en 1976. 
    Elu au Sénat lors des élections législatives de 1984 qui ont 
déposé la dictature militaire, il s'est ensuite imposé dans la 
vie politique du pays comme un orateur flamboyant, 
reconnaissable à son allure bohème et à sa silhouette 
longiligne.  
    En 2000, il a remporté l'élection présidentielle après trois 
candidatures malheureuses. Membre de l'aile libérale du Parti 
colorado, il a oeuvré pendant son mandat en faveur de liens plus 
étroits avec les Etats-Unis et a essuyé la plus grave crise 
financière de l'histoire du pays.  
    En 2002, Fidel Castro avait qualifié Jorge Batlle de 
"laquais" de Washington, ce qui avait provoqué la rupture des 
relations diplomatiques entre Montevideo et la Havane. 
    De son côté, le dirigeant uruguayen avait créé un incident 
diplomatique avec l'Argentine en 2002, jugeant dans une 
interview le gouvernement argentin corrompu et qualifiant les 
Argentins de "bande de voleurs". Il avait ensuite été contraint 
de se rendre à Buenos Aires pour s'excuser. 
    Les autres présidents de la dynastie Batlle comptent Lorenzo 
Batlle (président de 1868 à 1872), Jose Batlle (1903-1907 et 
1911-1915) et enfin Luis Batlle (1947-1951), son père. 
    Son grand oncle Jose Batlle est connu comme le père de 
l'Uruguay moderne, notamment pour ses réformes en faveur du 
droit de vote des femmes, l'instauration de l'école publique et 
la journée de travail de huit heures. 
    Agnostique, il était père de deux enfants d'un premier 
mariage. Il avait épousé en deuxièmes noces Mercedes Menafra, 
qui est restée à ses côtés pendant toute sa carrière politique. 
 
     
 
 (Malena Castaldi; Julie Carriat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant