Mort de Dominique Baudis : Toulouse orpheline

le
1
27 février 1985 : Dominique Baudis, alors maire de Toulouse, dans son bureau aux côtés de son père.
27 février 1985 : Dominique Baudis, alors maire de Toulouse, dans son bureau aux côtés de son père.

Le cercueil de Dominique Baudis sera exposé ce mercredi matin au Capitole, dans la salle des Illustres. Le nouveau maire, Jean-Luc Moudenc (UMP), a su convaincre la famille de l'importance de cet hommage "laïque et municipal" avant la cérémonie des obsèques, célébrée l'après-midi dans la cathédrale Saint-Étienne. À une seule condition : pas de discours ni de récupération politique. La presse est priée de laisser caméras et appareils photo au vestiaire.Comme Claude Nougaro dix ans plus tôt, l'ancien maire qui a longtemps incarné la ville a eu droit à des obsèques nationales, la veille à Paris. L'homme politique qui se targuait d'avoir refusé à plusieurs reprises des maroquins ministériels quand il dirigeait la Ville rose a bel et bien fini par avoir la "carrière nationale" que d'aucuns lui prédisaient. Rêvait-il de l'Élysée ou de Matignon lorsqu'il annonça, à la surprise générale, renoncer à un quatrième mandat à l'aube de l'an 2000 ? Nul ne le sait, tant l'ancien journaliste de télévision qui maîtrisait si bien son image pouvait se montrer avare de petites phrases incontrôlées. Dominique Baudis venait d'avoir 50 ans, un troisième enfant et un avenir qui s'annonçait radieux devant lui.L'homme d'image et la "dette zéro""Chaban a sans doute fait le mandat de trop à Bordeaux", finit par lâcher un jour Dominique Baudis, interrogé à la mi-temps d'un conseil municipal sur le choix d'Alain Juppé du tramway plutôt que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • manx750 le mercredi 16 avr 2014 à 18:28

    Gémissez ! Gémissez ! Gémissez ! Esperez ! Que le Grand Architecte l'accueille en son Institut...