Mort de Clément Méric : vive polémique dans la classe politique

le
0
Au lendemain du décès du jeune militant d'extrême gauche Clément Méric, droite et gauche se pointent mutuellement du doigt.

En attendant les conclusions de la justice sur les circonstances de la mort de Clément Méric, la polémique politique s'est cristallisée autour du parallèle entre extrême droite et extrême gauche établi par Jean-François Copé. Le patron de l'UMP, qui condamne tous les extrémismes, sans distinction de références idéologiques, a demandé jeudi la «dissolution» de «ces groupuscules extrémistes, d'extrême gauche comme d'extrême droite, dont la seule expression est la violence».

«Mettre dos à dos une extrême droite et une extrême gauche, c'est au fond atténuer la responsabilité en l'occurrence des agresseurs», lui a répondu Najat Vallaud-Belkacem vendredi sur i-Télé. Pour la porte-parole du gouvernement, Jean-François Copé «a tort, absolument tort». Tout en précisant que c'était «à la justice d'établir les faits», elle a mis en cause la v...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant