Mort d'un patient à l'hôpital de Bourges : pourquoi l'opération a tourné au carnage

le , mis à jour à 07:10
0
Mort d'un patient à l'hôpital de Bourges : pourquoi l'opération a tourné au carnage
Mort d'un patient à l'hôpital de Bourges : pourquoi l'opération a tourné au carnage

Comment un patient, Henry Latour, 60 ans, admis pour une simple opération de la prostate, a-t-il pu décéder au bloc le 14 janvier dernier à l'hôpital de Bourges (Cher) ? Une expertise, à laquelle nous avons eu accès, décrit une véritable scène de guerre en salle d'opération. Jérémie Marchand, le chirurgien, aurait fait acte de nombreuses imprudences dans la conduite de son opération et « manqué de discernement ».

 

Ce médecin de 59 ans, naturalisé français, diplômé de la faculté de médecine de Damas (Syrie), a été mis en examen mardi pour homicide involontaire et interdit de pratiquer des interventions chirurgicales. Les tests n'ont pas montré de prise de produits stupéfiants pouvant expliquer ses multiples erreurs. Le procureur de Bourges, Vincent Bonnefoy, précise toutefois que « l'affaire est complexe. D'autres expertises vont avoir lieu ».

 

Le rapport, qualifié d'« accablant » par l'avocat de la famille de la victime, Philippe Courtois, témoigne d'une ambiance détestable au bloc. Avec, d'un côté, les infirmières et l'anesthésiste et, de l'autre, le chirurgien. « Le docteur Marchand s'est énervé au-delà du raisonnable en raison des problèmes de matériel [...]. »

 

Le chirurgien «dans un état second»

L'expertise estime d'ailleurs que l'établissement « a manqué à son obligation de moyens ». « Le centre hospitalier de Bourges n'a pas mis à sa disposition ce dont il avait besoin pour assurer l'opération en toute sécurité », abonde l'avocate du chirurgien, Amélie Chiffert.

 

Mais Jérémie Marchand avait encore la possibilité de dire stop. Or il n'en fait rien. Au contraire. Il s'en prend au personnel paramédical, et semble « dans un état second ». Alors même que le patient n'est pas encore endormi, il tient des propos inquiétants : « Je vais rater cette opération, elle va mal se terminer ! » Une infirmière présente rapporte : « Le chirurgien était hors de lui, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant