Mort d'Henri Alleg, victime et dénonciateur de la torture en Algérie

le
0
Mort d'Henri Alleg, victime et dénonciateur de la torture en Algérie
Mort d'Henri Alleg, victime et dénonciateur de la torture en Algérie

C'est le quotidien «l'Humanité», dont il fut secrétaire général, qui l'a annoncé. Le journaliste et militant communiste franco-algérien Henri Alleg, auteur de l'ouvrage «la Question», est décédé mercredi à Paris à l'âge de 91 ans. Publié en 1958 aux éditions de Minuit, ce livre-témoignage qui dénonçait la torture pendant la guerre d'Algérie, avait été saisi au lendemain de sa parution, mais rediffusé dans la clandestinité.

Né en juillet 1921 à Londres, de parents juifs polonais ayant fui les pogroms, Henri Salem, dit Alleg, arrive en avril 1940 à Alger et adhère un an plus tard au Parti communiste algérien (PCA), dont il est membre du comité central jusqu'à sa dissolution en 1955. Il dirige le quotidien «Alger républicain», organe du PCA, de février 1951 à juillet 1955, date de son interdiction.

Arrêté en 1957 en pleine bataille d'Alger et torturé puis condamné en 1960 à dix ans de travaux forcés en France, il s'évade de prison un an plus tard et regagne la capitale algérienne. Il refonde alors Alger Républicain jusqu'à son sabordage après la chute du président Ben Bella.

Henri Alleg, adhérent au PCF auquel il restera fidèle jusqu'à la fin de sa vie, a été journaliste à «l'Humanité» de 1966 à 1980.

Plusieurs personnalités politiques de gauche lui rendent hommage

«Son nom demeurera synonyme de vérité, de courage, de justice» pour Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF. Le chef de file des communistes, salue un grand «résistant à toutes les formes de domination et d'oppression». Pour lui, l'ouvrage «La Question», traduit en 28 langues, «sera considéré comme le J'accuse (d'Emile Zola) de notre temps». L'ancien directeur de la rédaction de l'Humanité salue aussi «la place exceptionnelle d'Henri dans le combat anti-colonial et la lutte de libération nationale algérienne».

Il a «favorisé l'éveil des consciences» selon Bruno Le Roux. Le président du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant