Mort d'Arafat : l'impossible vérité

le
0
Portrait de Yasser Arafat sur le mur de séparation entre la Cisjordanie et Israël.
Portrait de Yasser Arafat sur le mur de séparation entre la Cisjordanie et Israël.

Le plus grand flou règne de nouveau sur les circonstances exactes de la mort de Yasser Arafat. Un mois après qu'un rapport scientifique suisse a évoqué la possibilité d'un empoisonnement du raïs palestinien, une équipe d'experts français rejette catégoriquement cette thèse. Neuf ans après la disparition de l'ex-président de l'Autorité palestinienne, le Point.fr revient sur une affaire rocambolesque aux multiples zones d'ombre.

Novembre 2004 : la mystérieuse mort du raïs

Le 12 octobre 2004, Yasser Arafat, qui vit depuis trois ans retranché dans son quartier général de la Mouqataa, encerclé par l'armée israélienne, est victime de violents spasmes abdominaux après avoir dîné. En dépit de l'intervention de ses médecins personnels, la santé du raïs ne cesse de se dégrader. Fin octobre, le Premier ministre israélien Ariel Sharon accepte de le laisser quitter le territoire. Le leader palestinien est admis fin octobre à l'hôpital militaire de Percy, en région parisienne.

Mais les médecins français se révèlent tout autant incapables d'expliquer cette aggravation. Le 3 novembre, Yasser Arafat tombe dans le coma. Il décède le 11 novembre, à l'âge de 75 ans. D'après le rapport de l'hôpital, Yasser Arafat a été victime d'une inflammation intestinale d'"allure infectieuse" et de troubles "sévères" de la coagulation. Mais le document n'élucide pas pour autant les causes de la mort. Les rumeurs les plus folles circulent alors....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant