Mort à 106 ans du producteur de cinéma hong-kongais Run Run Shaw

le
0
LE PRODUCTEUR DE CINÉMA HONG-KONGAIS RUN RUN SHAW EST MORT
LE PRODUCTEUR DE CINÉMA HONG-KONGAIS RUN RUN SHAW EST MORT

HONG-KONG (Reuters) - L'homme d'affaires Run Run Shaw, pilier de l'industrie cinématographique et télévisuelle à Hong-Kong, est mort mardi à l'âge de 106 ans après avoir grandement contribué à populariser les films de kung-fu en Occident.

Run Run Shaw s'est éteint à son domicile à Hong-Kong, entouré de ses proches, précise sa société, Television Broadcats Limited (TVB), dans un communiqué.

Passionné de cinéma dès son plus jeune âge, la légende veut que Run Run Shaw, né en 1907, ait débuté en distribuant les bobines de films à vélo dans des salles à Singapour et en Malaisie, ce qui expliquerait son nom "Run Run".

Il a créé son propre studio dans les années 1950 et a alors accompagné le développement du cinéma hong-kongais.

Son studio a produit un millier de films, des mélodrames, des fresques historiques mais aussi des classiques du kung-fu tels que "Un seul bras les tua tous" ("The One-armed Swordsman"), qui contribuèrent à redéfinir le genre et à séduire des adeptes non seulement en Asie mais aussi progressivement en Occident.

Son studio fut aussi pionnier dans le genre "wuxia", qui mêle imagerie populaire de la Chine ancienne et scènes de combats à l'aide de sabres et d'épées. L'un des meilleurs exemples modernes de ce genre est le film "Tigre et Dragon" d'Ang Lee.

L'influence du studio Shaw est particulièrement visible dans les films de Bruce Lee, dont il n'aurait toutefois pas reconnu le talent dans les années 1960, de Jackie Chan mais aussi de John Woo.

Run Run Shaw a également participé à nombre de co-productions, notamment dans "Blade Runner" de Ridley Scott, avec Harrison Ford en 1982.

Run Run Shaw a aussi investi dans la télévision et créé à partir de 1967 un empire médiatique exerçant toujours une forte influence sur la culture populaire à Hong-Kong et au sein de la diaspora chinoise.

Grace Li et Alice Woodhouse; Bertrand Boucey pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant