Mort à 106 ans de Nicholas Winton, le «Schindler britannique»

le
4
Mort à 106 ans de Nicholas Winton, le «Schindler britannique»
Mort à 106 ans de Nicholas Winton, le «Schindler britannique»

Longtemps, Nicholas Winton, décédé mercredi à l'âge de 106 ans, n'a rien dit des exploits qu'il avait accompli lors de la seconde guerre mondiale. Il aura fallu attendre 50 ans, et l'insistance de sa femme, pour que cet ancien courtier en valeurs immobilière raconte comment il était parvenu à sauver 669 enfants tchèques des camps de concentration nazis. 

Tout commence en 1938. Alors jeune employé de la Bourse à Londres, Nicholas Winton se rend à Prague à l'invitation d'un ami travaillant à l'ambassade britannique. La Tchécoslovaquie est alors sous la botte des nazis et des camps de réfugiés sont mis en place. Winton ouvre un « bureau » dans un hôtel de Prague, recevant des parents juifs pressés de mettre leurs enfants en lieu sûr. Pour cela, il doit trouver des familles d'adoption, verser une caution et financer le voyage en train. Entre mars et août 1939, il parvient a évacuer dans huit trains 669 enfants. Un neuvième convoi de 250 enfants, fut bloqué entraînant la disparition des voyageurs. 

Winton estimait n'avoir rien fait d'exceptionnel, bien que la presse l'ait  surnommé le « Schindler britannique», en référence à l'homme d'affaire allemand Oskar Schindler, qui avait sauvé 1 200 juifs des camps de concentration. 

Une modestie à toute épreuve 

Cette modestie l'amènera à cacher, y compris à sa propre famille, son rôle déterminant dans la survie de ces enfants. Sa femme le découvrira par hasard, près d'un demi-siècle plus tard, en retrouvant dans une vieille sacoche enfouie au grenier la liste des enfants et des lettres de leurs parents.

David Cameron a appelé le monde à ne jamais oublier l'acte de bravoure de Nicholas Winton : 

The world has lost a great man. We must never forget Sir Nicholas Winton's humanity in saving so many children from the Holocaust.— David Cameron (@David_Cameron) 1 Juillet 2015

Tout au long de sa vie, Nicholas Winton a reçu de nombreux prix et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius le jeudi 2 juil 2015 à 12:25

    Profession : stockbroker

  • M7403983 le jeudi 2 juil 2015 à 12:09

    L'on ne PEUT qu'être admiratif etc. ....

  • M7403983 le jeudi 2 juil 2015 à 12:07

    L'on ne qu'être admiratif devant pareille abnégation de "sensationnel" tel que nous le vivons à notre époque !

  • JODHY le jeudi 2 juil 2015 à 11:47

    chapeau bas