Morsi évincé, l'Egypte dans l'attente de nouvelles élections

le
0
Morsi évincé, l'Egypte dans l'attente de nouvelles élections
Morsi évincé, l'Egypte dans l'attente de nouvelles élections

Deux révolutions en deux ans. Après la chute d'Hosni Moubarak en 2011, c'est au tour de l'islamiste Mohamed Morsi, hier, d'être débarqué du pouvoir après plusieurs jours de contestations sanglantes. Les réjouissances seront de courte durée : le peuple égyptien doit à présent mettre fin à l'instabilité politique qui touche le pays depuis bientôt trois ans en désignant un nouveau chef d'État. Pour l'heure, la date des nouvelles élections n'est toujours pas connue. Adly Mansour, ancien président du Conseil constitutionnel et de facto président par intérim, a prêté serment ce jeudi matin, en attendant qu'elles soient programmées.

> Mohamed Morsi, un président contesté...

Sur les quatre ans initialement prévues pour son mandat de président, Mohamed Morsi n'aura gouverné qu'un an. Dès ses premiers mois au pouvoir, ses opposants lui reprochent des dérives qualifiées de dictatoriales. De premières manifestations voient le jour en novembre et décembre 2012, à la suite d'un décret plaçant le président égyptien au dessus de toute autorité judiciaire et étendant ses prérogatives.

Les manifestants de 2011, ayant le sentiment de se faire voler leur révolution, réinvestissent de nouveau la place Tahrir. Fin juin, de violents affrontements éclatent entre pro et anti-Morsi au Caire, faisant plusieurs morts.

> ? puis renversé.

Il y a quelques jours, des millions de manifestants descendent dans la rue. Une pression populaire qui force l'armée à réagir. Elle pose le 1er juillet un ultimatum au président Morsi, qui dispose de 48 heures pour sortir le pays de la crise.

Les deux jours qui suivent, six ministre de Mohamed Morsi, dont son ministre des affaires étrangères Mohammed Kamel Amr, décident de démissionner.

Conformément à ses menaces, l'armée met fin aux fonctions de Mohamed Morsi le 3 juillet, et déploie des soldats dans la capitale. L'éviction du président égyptien donne lieu à des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant