Morning meeting AOF France / Europe - Optimisme en vue

le
0

(AOF) - Les marchés actions devraient afficher leur optimisme après un début de semaine plombé par les valeurs bancaires qui ont accusé le coup des stress tests. Wall Street a clôturé hier en hausse, soutenu par plusieurs indicateurs économiques dont les bons résultats de l'enquête ADP sur l'emploi du secteur privé et la baisse des stocks d'essence. Une bonne nouvelle alors que les investisseurs étaient inquiets d'une surabondance. Côté valeurs, Bonduelle et Bic ont donné des perspectives encourageantes tandis que Nokia fait moins bien que prévu au premier semestre.

L'analyse technique du CAC 40

Du point de vue de l'analyse graphique, le bureau d'études DayByDay observe la formation d'une troisième bougie noire, avec une mèche basse sur le support à 4292.92 points. Cette mèche indique la présence d'acheteurs sur ce niveau : DayByDay anticipe maintenant une consolidation au-dessus de 4292.92 points.

Les valeurs à suivre aujourd'hui

BIC

Au premier semestre, Bic a réalisé un résultat net part du groupe de 140,1 millions d’euros, en baisse de 20,6 %. Le résultat d’exploitation normalisé est ressorti à 207,9 millions d’euros en repli de 15,7% soit une marge d’exploitation normalisée de 18,3 % contre 21,1% en 2015. Le chiffre d'affaires du groupe spécialisé dans la papeterie a atteint 1,133 milliard en recul de 0,1% en publié mais en hausse de 5,4% à taux de change constant sur le semestre. Le fort impact négatif des devises (-5,5 %) s’explique principalement par la baisse des devises latino-américaines par rapport à l’euro.

SOCIETE GENERALE

Malmenée depuis le début de la semaine en raison notamment de sa performance aux stress tests relativement aux autres établissements français, Société Générale s'est refait une santé à la Bourse de Paris. L’action de la banque a progressé de 3,77% à 29,615 euros hier, dominant ainsi l’indice CAC 40 à la faveur de résultats meilleurs que prévu au deuxième trimestre. Elle a notamment bénéficié d’une baisse du coût du risque (provisions passées pour faire face au risque de non-remboursement de crédits) plus importante que prévu.

CIS

CIS, spécialisé dans la gestion de bases-vie en milieux extrêmes onshore et offshore, a enregistré au premier semestre 2016, un chiffre d'affaires de 141,4 millions d'euros en retrait de 1,2% à taux de change constant. La dépréciation des cours de change, principalement le Dinar (Algérie), le Real (Brésil), le Tenge (Kazakhstan), le Metical (Mozambique) et l'Ouguiya (Mauritanie) impacte fortement le chiffre d'affaires qui chute de 14% en données publiées sur le semestre.

VICAT

Le cimentier Vicat a réalisé au premier semestre 2016, un résultat net part du groupe en hausse de 45,7% (+50,7% à périmètre et taux de change constants) à 49 millions d’euros. L’Ebit s’affiche à 103 millions d’euros contre 93 millions d’euros au premier semestre 2015, soit une progression de 11,2% en base publiée, et de +16,5% à périmètre et taux de change constants. La marge d’Ebit sur le chiffre d’affaires consolidé s’établit donc à 8,4% contre 7,5% l'an dernier.

Les chiffres macroéconomiques

A 13h00 au Royaume-Uni, les investisseurs prendront connaissance de la décision de politique monétaire et rapport trimestriel sur l'inflation.

Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage seront publiées à 14h30.

Vers 8h25, l'euro est en baisse de 0,07% à 1,1143 dollar.

Hier à Paris

Les marchés actions ont terminé à l'équilibre à l'image des indicateurs économiques du jour et des secteurs boursiers. En effet, l'automobile (Peugeot et Renault) a été freiné par Continental qui inquiète sur ses perspectives post-Brexit tandis que les bancaires Société Générale et ING ont bondi grâce à leurs résultats meilleurs que prévu. Côté stats, les stocks de brut américains ont augmenté plus que prévu semaine dernière tandis que ceux de l'essence ont baissé. A la clôture, le CAC 40 a cédé 0,16% à 4 321,08 pts tandis que l'EuroStoxx a gagné 0,20% à 2 912,72 pts.

Hier à Wall Street

Les marchés américains ont terminé en hausse, portés par la remontée des cours du pétrole, après l’annonce d’une baisse des stocks d’essence de 3,3 millions de barils à 238,2 millions de barils. Une bonne nouvelle alors que les investisseurs étaient inquiets d'une surabondance. Autre facteur de soutien, l'enquête ADP sur l'emploi : le secteur privé américain a créé 179 000 emplois en juillet, un chiffre nettement supérieur aux attentes (170 000). A la clôture, l’indice new-yorkais a gagné 0,23% à 18 355 points et le Nasdaq Composite a grapillé 0,43% à 5 159,74 points.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant