Morning meeting AOF France / Europe - Hausse attendue malgré la déception de la BoJ

le
0

(AOF) - Les marchés européens sont attendus en hausse en dépit de la déception de la Banque du Japon (BoJ), dont les mesures d’assouplissement monétaire ont déçu. Elle a simplement annoncé une hausse de ses investissements en ETF. Toujours sur le plan macroéconomique, la croissance française a déçu au deuxième trimestre. Celle de la zone euro est attendue à 11 heures dans un contexte de craintes à propos des perspectives économiques en raison du Brexit. Les publications d’entreprise restent toujours aussi nombreuses. Si Essilor a averti sur ses ventes, Safran a fait mieux que prévu.

L'analyse technique du CAC 40

Du point de vue de l'analyse graphique, le bureau d'études DayByDay observe la formation d'une bougie noire avec une mèche haute. Elle est identique à celle de mercredi, si ce n'est la couleur du corps et traduit un manque de conviction des acheteurs. Tant que le gap haussier reste ouvert, DayByDay restera positif.

Les valeurs à suivre aujourd'hui

ESSILOR

Essilor a réalisé au premier semestre un résultat net part du groupe de 416 millions d'euros, en croissance de 7,4% et un résultat opérationnel de 646 millions d'euros, en hausse de 5,3%. Le chiffre d'affaires du numéro un mondial de l'optique ophtalmique a atteint 3,583 milliards d'euros et progressé de 8,1 % hors effet de change, dont 4,1 % en " base homogène ". Pour le second semestre, le groupe anticipe une amélioration de la performance de la division Sunglasses & Readers et va continuer à déployer de nombreuses initiatives de croissance dans les verres et les ventes par Internet.

KERING

Au premier semestre 2016, le résultat net part du groupe de Kering est ressorti à 465 millions d’euros contre 423 millions d’euros au 30 juin 2015. Retraité des éléments non courants nets d’impôt, le résultat net part du groupe des activités poursuivies s’élève à 521 millions d’euros au 30 juin 2016, en hausse de 6,5 %. Au 30 juin 2016, le résultat net par action de Kering s’établit à 3,69 euros, en hausse de 10 %. Le résultat opérationnel courant du groupe de luxe est en hausse de 4,9% en données publiées et s'élève à 811 millions d'euros.

NATIXIS

Natixis a enregistré au deuxième trimestre un bénéfice net part du groupe de 381 millions d'euros, en repli de 15%. En pro forma et hors éléments non-récurrents, une présentation favorisée par la banque, le bénéfice net part du groupe a augmenté de 4% à 420 millions d'euros. Les éléments non-récurrents ont impacté négativement le résultat net à hauteur de 39 millions alors qu’ils avaient une influence positive de 45 millions au deuxième trimestre 2015. Le coût du risque a, lui, augmenté de 38% à 88 millions d'euros.

SAINT-GOBAIN

Saint-Gobain a enregistré au premier semestre un résultat net part du groupe de 596 millions d’euros, en hausse de 6,8% et un résultat d’exploitation de 1,37 milliards d’euros, en progression de 7,3%. Il a même augmenté de 10,2% à données comparables. La marge d’exploitation du spécialiste des matériaux de construction a rebondi à 7%, en progression de 0,6 point. « Tous les Pôles voient leur marge progresser, notamment dans l’industrie et dans une moindre mesure dans la Distribution Bâtiment affectée par l’environnement déflationniste », a précisé la société.

Les chiffres macroéconomiques

Le PIB de la France est resté stable au deuxième trimestre après avoir progressé de 0,7% au premier trimestre. Le consensus Reuters était de +0,2%.

Les investisseurs attendent désormais l'estimation provisoire des prix à la consommation de juillet et les dépenses de consommation des ménages en juin pour la France à 8h45.

Pour la zone euro, l'estimation flash de l'inflation de juillet, le taux de chômage de juin et la première estimation de la croissance du deuxième trimestre seront connus à 11 heures.

Aux Etats-Unis, la première estimation de la croissance du deuxième trimestre sera connue à 14h30, puis sera suivie par l'indice des directeurs d'achat (PMI) de la région de Chicago pour juillet à 15h45 et l'indice définitif de la confiance du consommateur de l'Université du Michigan en juillet à 16 heures.

Ce matin, l'euro gagne 0,05% à 1,1082.

Hier à Paris

Les marchés actions européens ont clôturé en repli, alors que les publications de ce jour se sont révélées contrastées. Le secteur bancaire a d'ailleurs été à la traine aujourd'hui, BNP Paribas et Credit Suisse ayant toutes deux publié leur deuxième trimestre, révélant des revenus en forte baisse. D’autres publications ont été en revanche bien accueillies : Ipsen, Euronext, Technip… Autre facteur négatif, le pétrole est passé sous la barre des 42 dollars, le baril de Brent cédant 0,12% à 41,87 dollars. A la clôture, le CAC 40 a cédé 0,59% à 4 420.58 pts et l'Eurostoxx 50 a perdu 0,81% à 2975.

Hier à Wall Street

Les marchés américains ont terminé sur un repli symbolique. Le S&P 500, l’indice le plus représentatif, a cédé 0,12%. Une nouvelle vague de résultats est venue s’abattre sur la cote américaine. Deux valeurs se sont distinguées en sens opposés, Ford qui a été sanctionné pour ses mauvais résultats et Facebook qui a été salué pour une nouvelle performance meilleure que prévu. La baisse du pétrole a aussi pesé sur la tendance. L’indice Dow Jones a clôturé en retrait de 0,08% à 18 456,35 points tandis que le Nasdaq Composite a gagné 0,30% à 5 154,88 points.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant