Morning Glory pour Manchester City ?

le
0

Manchester City entame sa saison ce lundi en déplacement à West Bromwich Albion. Entourés d'un mélange d'indifférence et de scepticisme, les Mancuniens n'ont pas l'air en mesure d'aller chercher le titre. Vraiment ?

L'été a été vécu de manière assez morne du côté de l'Etihad Stadium. Comme d'habitude, les Skyblues n'ont pas pu conserver leur titre de champion après avoir été couronnés en mai 2014. Et alors que les voisins de United semblent partis sur une nouvelle dynamique, avec des transferts à foison et la mise en route du projet Van Gaal, la stagnation menace City.

Un recrutement en demi-teinte ?


Le mercato, bien que dépensier, est le premier facteur de doute. Même s'il reste encore vingt jours aux dirigeants émiratis du club pour sortir le chéquier, les têtes de gondole qu'étaient Paul Pogba et Kevin De Bruyne semblent loin de Manchester à l'heure actuelle. A la place, City a recruté anglais, sans doute un peu par obligation, en raison de la faiblesse du nombre de homegrown players (joueurs formés en Angleterre) de l'effectif. La nouvelle pépite citizen, c'est évidemment Raheem Sterling, 20 ans, deux saisons en Premier League avec Liverpool, et pour qui City a mis 69 millions d'euros sur la table.

Les Mancuniens ont-ils eu raison de miser autant sur un joueur ayant encore tout à prouver ? Difficile de se dire que Sterling sera le top player capable de ramener la couronne d'Angleterre à sa nouvelle équipe. Surtout, le petit Anglais a agacé tout le monde avec ses caprices d'enfant gâté, entamant un bras de fer avec Liverpool pour rejoindre le voisin City... Fabian Delph, deuxième recrue phare des Citizens, a lui utilisé une méthode encore plus fourbe : il a réaffirmé son amour à Aston Villa, dont il était le capitaine, et annoncé qu'il restait... Avant d'officialiser son transfert à City une semaine plus tard. Bref, si Manchester City voulait en finir avec sa réputation d'équipe de mercenaires payés à prix d'or, c'est totalement raté.

Pellegrini sur la sellette


Ces doutes sur le recrutement s'accompagnent d'un scepticisme généralisé quant à l'avenir du manager de l'équipe, Manuel Pellegrini. Si le Chilien avait séduit à son arrivée au club, rapportant titre de champion et fonds de jeu séduisant lors de la saison 2013/2014, sa gestion l'an dernier a déçu. Jamais les Mancuniens n'ont semblé capables d'aller titiller Chelsea dans la course à la première place, et Pellegrini a paru dépassé tactiquement lors des grandes échéances : après les défaites à Manchester United, et surtout contre le Barça en Ligue des Champions, de nombreux…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant