Morin : «Créer une large majorité, des centristes de l'UMP aux déçus de la gauche »

le
3
Morin : «Créer une large majorité, des centristes de l'UMP aux déçus de la gauche »
Morin : «Créer une large majorité, des centristes de l'UMP aux déçus de la gauche »

L'ancien ministre, président du Nouveau Centre, brigue en septembre la succession de Jean-Louis Borloo à la présidence de l'UDI. Elle est convoitée par trois autres candidats : Yves Jégo, Jean-Christophe Lagarde et Jean-Christophe Fromantin. Morin appelle à créer une nouvelle majorité d'idées dont l'UDI serait l'épicentre, allant du MoDem de Bayrou jusqu'à Juppé ou Fillon.

En quoi votre programme se distingue-t-il pour diriger l'UDI ?

HERVÉ MORIN. La présidence de l'UDI ne doit en aucun cas être une aventure personnelle avec pour obsession la présidentielle de 2017. Ce serait mortifère. Cette obsession est l'une des causes de l'impuissance publique et de la défiance immense des Français dans notre système représentatif. Majorité après majorité, on ne fait jamais ce qu'on a dit car la présidentielle amène l'accaparement du pouvoir par un seul parti au lieu de la construction d'une large majorité permettant de réformer.

Vous êtes le seul à avoir été candidat à la présidentielle. Ce n'est plus votre obsession ?

Une campagne présidentielle de l'UDI pour faire 8 ou 10 %, ça n'est pas le sujet. Je souhaite que l'on construise une large majorité d'idées s'adressant aux centristes de l'UMP, à Juppé, Fillon, au MoDem de Bayrou, aux écolos et aux déçus de la gauche. Qu'on leur propose un contrat de majorité dont nous serons le pivot. On verra ensuite quel homme émergera. Lequel sera le mieux placé face au match que l'on voit poindre entre Hollande et Sarkozy et dont les Français ne veulent pas.

Le retour de Sarkozy -- dont vous avez été ministre -- ne paraît pas vous satisfaire...

J'ai appartenu à sa majorité pendant cinq ans et je ne renie pas mes responsabilités. Cependant, on ne peut pas considérer sa présidence comme une vraie réussite, la preuve : il a été battu. Les Français, les milieux économiques notamment, ont mesuré l'énorme fossé entre sa volonté affichée en 2007 et son exercice du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M156470 le samedi 26 juil 2014 à 10:09

    Condamné ce Centre à rallier la Droite majoritaire. Seuls, ils échoueront...

  • M156470 le samedi 26 juil 2014 à 10:08

    Heureusement que la base ne se laisse pas convaincre par ces tordus qui se disent du Centre pour récupérer ceux qu'ils pensent pouvoir rallier à leur cause pour renforcer un Parti à la remorque de la Droite UMP à l'exemple des verts avec le PS. Avec Bayrou le traitre et quelques illuminés, ils ne décoleront pas !

  • M3121282 le samedi 26 juil 2014 à 10:03

    «Créer une large majorité, des centristes de l'UMP aux déçus de la gauche » il est comique, car si l'on retire les désespérés de la droite (et ils sont nombreux), cela ne va pas faire une large majorité