Morgan Stanley IM privilégie la gestion alternative

le
0
Charlotte Kalaidjian, responsable gestion d’actifs France à destination des institutionnels chez Morgan Stanley IM, prône une gestion alternative pour 2008.

Comment interprétez-vous la baisse récente des marchés actions ?

Charlotte Kalaidjian : Aujourd’hui, les marchés souffrent d’un manque de visibilité et de confiance de la part des investisseurs sur les perspectives économiques. Il y a plusieurs facteurs expliquant ce contexte comme la crise des subprime de cet été, la faiblesse du dollar, l’évolution du pétrole qui présente un risque inflationniste. Les investisseurs appréhendent en effet beaucoup les tendances des marchés. Le défi des banques centrales est de réguler à la fois les économies et les marchés.

Comment cela influe t-il votre gestion ?

C. K. : Dans ce contexte, nous essayons de tirer les opportunités d’investissement que génèrent ces inquiétudes. Notre activité est axée sur les actions mais aussi sur la gestion alternative (stratégie de performance absolue et hedge funds). Nous adaptons notre offre de produits pour exploiter ces opportunités. Notamment début 2007, nous avons créé un fonds exploitant les mouvements de volatilité. Nous estimons par ailleurs qu’il y a des opportunités sur le segment hedge fund long short equity sur les marchés émergents. Il y a en effet des niveaux de valorisations très élevés sur ces marchés et nous ne sommes pas certains que cela dure. Enfin, nous travaillons actuellement sur des stratégies « real asset » dont l’objectif est d’apporter une protection contre l’inflation, soit avec des instruments dérivés, soit avec des classes d’actifs comme les matières premières par exemple.

Comment avez-vous traversé la crise des subprime ?

C. K. : Nous avons été peu impactés par cette crise. Notre activité hedge funds a notamment enregistré des résultats records en 2007. Nous avons trouvé beaucoup d’opportunités d’investissement.

Quelles sont vos perspectives pour 2008 ?

C. K. : Nous nous attendons à une plus grande dispersion dans les univers d’investissement. Nous poursuivrons notre stratégie opportuniste en rapport aux évolutions des marchés, à savoir en exploitant la volatilité, protégeant contre l’inflation. Nous avons de belles perspectives sur le segment alternatif, avec un appétit important des investisseurs.

Allez-vous suivre des secteurs en particulier ?

C. K. : Nous n’avons pas une stratégie sectorielle. Toutefois, nous regardons le secteur des financières et les crédits, que nous jugeons intéressant dans un contexte hedge funds. Nous allons lancer dans les prochains mois des fonds de gestion quantitative multi classes d’actifs. Dans notre partie traditionnelle de gestion, nous suivrons les marchés émergents, ainsi que le Japon, où l’on note un regain d’intérêt. Enfin, nous aurons une approche sélective sur les actions américaines.


Propos recueillis par L. M.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant