Morgan Stanley fait mieux que prévu au 2e trimestre

le
0
MORGAN STANLEY AFFICHE UN BÉNÉFICE TRIMESTRIEL EN HAUSSE
MORGAN STANLEY AFFICHE UN BÉNÉFICE TRIMESTRIEL EN HAUSSE

(Reuters) - Morgan Stanley a annoncé jeudi un bénéfice trimestriel ajusté plus élevé que prévu, porté par une croissance de l'activité dans l'ensemble de ses grands segments, surtout dans le trading et le placement et souscription de titres.

Le bénéfice net part du groupe a été de 802 millions de dollars, soit 41 cents par action, contre 564 millions (29 cents) un auparavant.

Hors exceptionnels, le BPA est de 45 cents, battant le consensus de 43 cents de Thomson Reuters I/B/E/S.

L'action gagnait 5% avant l'ouverture de Wall Street.

Les résultats comportent un bénéfice lié à un changement de valorisation de la dette de l'établissement, largement compensé par une charge relative au rachat du reste de la filiale de gestion de fortune qu'elle partageait avec Citigroup.

Tout comme Goldman Sachs, JPMorgan Chase, Bank of America et Citigroup, Morgan Stanley a battu le consensus sans difficulté, grâce essentiellement à un solide courant d'affaires dans le trading et le placement et souscription en début de trimestre, avant une montée des taux d'intérêt.

Le revenu tiré de l'obligataire et des matières premières a bondi de 50% à 1,15 milliard de dollars. La banque estimait toutefois qu'elle devait arriver à 1,5 milliard de dollars pour couvrir ses coûts du capital à la suite d'un premier trimestre médiocre.

Les placements d'obligations et d'actions ont généré respectivement des revenus en hausse de 24% à 418 millions de dollars et en hausse de 16% à 327 millions de dollars.

Le revenu tiré du conseil a progressé de 27% à 333 millions de dollars, en dépit d'un segment fusions-acquisitions en retrait.

Le revenu de la gestion de fortune a augmenté de 10% à 3,53 milliards de dollars, donnant une marge bénéficiaire de 18,5%.

Le directeur général James Gorman vise une marge bénéficiaire d'au moins 20% pour la gestion de fortune d'ici 2015. Il pense qu'elle peut dépasser 23% si les taux d'intérêt montent et si les conditions des marchés s'améliorent.

Lauren Tara LaCapra et Tanya Agrawal, Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant