Morgan Parra : « On a toutes nos chances comme eux »

le
0

Clermont va devoir se défaire du Racing 92 en demi-finale du Top 14 à Rennes ce vendredi (20h45). Morgan Parra estime que les deux équipes partiront sur un pied d’égalité et qu’il n’y a pas de favori. Le demi de mêlée évoque aussi l’importance de la bonne prestation de ses avants pour aller à Barcelone.

[fpvideo mediaid='digiteka' url='http://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01343059/zone/1/showtitle/1/src/uxkfzl'] Morgan Parra, le fait d’avoir plus de fraîcheur que le Racing 92 sera un véritable avantage ? C’est un peu l’inconnu. Cela a été rare par rapport aux saisons précédentes de pouvoir récupérer autant comme ce fut le cas cette année. On s’attend à un gros match qui sera compliqué. Vous la ressentez vraiment cette fraîcheur ? Physiquement, c’est compliqué à dire. Certains matchs on a l’impression d’être bien mais parfois ce n’est pas le cas. Ce qui est sûr, c’est que la fraîcheur mentale, on l’a. Maintenant, le fait de ne pas avoir joué la semaine dernière c’est le point d’interrogation. On saura après le match si on aura été mieux physiquement qu’eux. Le Racing 92 vous a battu deux fois cette saison. Vous en avez tiré des leçons ? On a retenu des choses. Maintenant, cela reste des matchs complètement différents quand on arrive en phases finales. Je pense que c’est du 50-50, on ne peut pas parler de favoris. On a fini premier du championnat mais cela ne nous donne aucune garantie pour être champion. Le Racing est vice-champion d’Europe et en demi-finale face à Nous. C’est ouvert, cela va être un gros match avec deux belles équipes.

Morgan Parra : « C’est une saison bizarre »

Mais ces deux défaites en championnat ne vous inquiètent pas plus que cela ? Ce n’est pas parce qu’une équipe gagne deux fois, qu’elle est sûre de faire la passe de trois. Tout est ouvert. On a gagné le droit d’être directement en demi-finale. Je n’aime pas parler de favori. Je pense qu’en phases finales, c’est du 50-50. On a toutes nos chances comme eux. Vous avez plus d’expérience que le Racing 92 en phases finales. Cela va compter ? Oui, on sait comment cela se passe. Une faute bête, un carton, une pénalité dans la dernière minute, un ballon mal négocié, cela fait beaucoup de paramètres qui peuvent faire basculer un match. On a eu la chance de vivre plus de demi-finales que le Racing mais ils ont été en finale de Coupe d’Europe. Quel est votre regard sur cette saison ? C’est une saison bizarre. Les internationaux sont arrivés en cour de saison. Derrière, on a eu un passage à vide avec la non qualification en Champions Cup qui nous a fait un peu de mal. En championnat on perd face à trois gros à la maison dont le Racing, Toulon et Montpellier. Après il y a eu une remise en question et on a pu souffler pendant 10 jours pour revenir avec d’autres intentions. Cela s’est ressenti sur la deuxième partie du championnat qui était beaucoup mieux. Ce qui est compliqué dans ce Top 14, c’est qu’on peut faire une longue mais bonne saison, arrivait en demi-finale et être éliminé.

Morgan Parra : « On peut dire que j’ai été adopté »

Vous allez être opposé dans ce match à Maxime Machenaud, un concurrent direct en équipe de France... On se connaît de l’équipe de France. Il y a un respect sur et en dehors du terrain. Le demi de mêlée et tributaire de son paquet d’avant. Quand ils font le travail, c’est plus facile pour nous de jouer dans l’avancée. C’est un face à face mais sans en être un véritablement car la prestation des avants y sera pour beaucoup. Vous avez prolongé à Clermont. Vous comptez y finir votre carrière ? Dans quatre ans, c’est trop loin pour dire si je finirai ma carrière à l’ASM. J’ai resigné pour quatre ans. Je me sens bien au sein du club et dans cette ville. On peut dire que j’ai été adopté et que je suis 100 % auvergnat.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant