Morgan Parra : " Ça fait mal à la tête "

le
0
Morgan Parra : " Ça fait mal à la tête "
Morgan Parra : " Ça fait mal à la tête "
Abattu par la défaite face au pays de Galles, le demi de mêlée Morgan Parra regrette que les Bleus ne soient pas parvenus à marquer sur leurs opportunités, mais croit toujours que le travail va finir par payer.

Morgan Parra, quel est le premier sentiment qui domine après la défaite face au pays de Galles, de la colère, de la déception ?
C'est un tout. On n'arrive pas à concrétiser nos temps forts. On a du mal à marquer. On fait des choses positives, on essaie de tenir le ballon, on transperce plusieurs fois, mais malheureusement on ne marque pas. Ça fait mal à la tête. Déjà qu'on avait ce petit manque de confiance, ça nous fait encore plus mal quand ça ne marque pas. On manque de discipline par moments, on fait revenir les Gallois très vite. On marque trois points, on essaie d'enchaîner les temps de jeu, les mettre à la faute, et derrière ils viennent sur un groupé-pénétrant ou une faute bête et on prend trois points.

Avez-vous l'impression que l'équipe de France progresse ?
Il n'y a que quand ça gagne que tu dis que ça progresse. Il faut aller chercher les choses positives pour avancer. On sait qu'on est dans le dur. Après, le sportif de haut niveau a besoin de lever la tête et regarder ce qu'il y a devant. Ce n'est pas en se rejetant tous la faute qu'on va avancer, il faut essayer de trouver des solutions tous ensemble. Il y a eu du positif, du négatif aussi. Il faut qu'on travaille là-dessus. On ne peut pas tenter tout et n'importe quoi non plus, à un contre cinq ou deux contre quatre. Mais il y a eu des actions, on a transpercé, on les a mis à la faute par moments, mais il faut qu'on arrive à concrétiser plus et peut-être tenter encore plus.

Ce n'est pas décourageant ?
De ne pas marquer, surtout. Pas trois points, pas cinq, pas sept. C'est le plus dur. Et au haut niveau, quand tu as une équipe comme le pays de Galles qui vient une fois et qui marque direct trois points ou un essai, et que toi tu te « pèles » pour essayer de marquer ça fait mal à la tête.

Les Bleus disent tous qu'ils ne sont « pas loin » de retrouver un bon niveau, est-ce vraiment la réalité ?
On n'est pas loin que ça bascule (sic). Maintenant, la confiance est importante pour un sportif de haut niveau... On n'est pas bridé sur quoi que ce soit. S'il y a un truc à tenter à cinq contre quatre, depuis les 22, il faut que chacun prenne ses responsabilités. Aujourd'hui, on est dans le dur.

Y a-t-il le feu dans la maison XV de France ?
Il n'y a pas le feu, il faut trouver des solutions, avancer et travailler encore. Et ça va bien payer, j'en suis sûr.

Cette situation vous inquiète-t-elle ?
Ce serait mentir de dire qu'elle ne nous inquiète pas et de se dire que tout va bien, ce n'est pas vrai. Aujourd'hui, il n'y a que quand il y a victoire que ça va. On valide les semaines de travail par la victoire.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant