Morbihan : un «requin féroce» s'échoue sur une plage

le
0
Morbihan : un «requin féroce» s'échoue sur une plage
Morbihan : un «requin féroce» s'échoue sur une plage

Un «requin féroce» (Odontaspis ferox), une espèce qui fréquente habituellement les eaux profondes et chaudes, s'est échoué samedi sur une plage du Morbihan. Le corps du requin, de 3,24 m pour un poids de 220 kilos, a été découvert sur la plage de Pénestin (Morbihan)

Selon l'association APECS° de Brest, cette espèce de requin, qui tient son nom de «sa mâchoire impressionnante et de son corps massif, (...) reste cependant inoffensive pour l'homme».

Reste que ce requin est très rare dans sur la côte Atlantique. Avant 2012, le dernier signalement datait de 1930, dans le golfe de Gascogne, lors d'une capture au chalut par 250 m de fond. Mais en août 2012, un autre requin «féroce» s'était échoué sur une plage à Agon-Coutainville, dans le département de la Manche. Il avait alors effrayé les touristes et les plagistes. «On pensait qu'il était mort et puis, à un moment, il s'est retourné et tout le monde s'est écarté», avait raconté un vacancier au journal Ouest-France.» Échoué vivant, le requin avait pu être remis à l'eau.

«Voilà deux signalements très proches dans le temps, qui intriguent les scientifiques de l'Apecs et de la station biologique de Concarneau. «S'il ne faut pas tirer de conclusions trop hâtives de ces deux échouages inédits, d'autres témoignages pourraient faire émerger l'hypothèse de mouvements de populations vers le nord, possible conséquence du réchauffement climatique», écrit l'APECS.

Mesuré et pesé dimanche, le requin de Pénestin a été autopsié ce lundi matin. Aucun élément ne permet de connaître les causes exactes de cet échouage», note l'association, qui lance un appel à témoins auprès des professionnels de la pêche pour tenter de découvrir comment ce requin «féroce» a pu arriver sur une plage bretonne.

L'APECS avait consacré en juillet dernier 2013, année exceptionnelle pour le nombre de requins aperçus dans les eaux bretonnes. Quelque 160 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant