Morata se paie l'Inter

le
0
Morata se paie l'Inter
Morata se paie l'Inter

En recevant une Juve déjà championne, l'Inter avait là une occasion parfaite pour se relancer dans la course à l'Europe. Malheureusement, les hommes de Mancini n'ont pas fait le poids face à la Vieille Dame et se sont inclinés, 2-1.


Inter Milan - Juve
(1-2)

M. Icardi (10') pour Inter Milan , C. Marchisio (42'), Á. Morata (83') pour Juventus Turin.


Qui d'autre que lui ? Sur la pelouse de San Siro, bien entendu que la Juve, déjà championne, n'avait pas grand-chose à jouer. Pourtant, les Turinois n'ont pas fait les choses à moitié, comme d'habitude. Ils sont même allés chercher la victoire, à dix minutes du coup de sifflet final. Grâce à qui ? Alvara Morata, forcément. Quelques jours près avoir offert une finale de Ligue des champions aux siens, l'Espagnol a récidivé d'une belle demi-volée à l'entrée de la surface. Un but moins important, certes, mais qui prouve une chose : l'enfant de Madrid en a encore sous la semelle. Comme ses partenaires. Une bonne nouvelle quand on sait que les Turinois ont un triplé à aller chercher.

Les Turinois encore à Madrid


Entre une demi-finale historique de Ligue des champions et une finale de Coupe d'Italie, la Juve devait se reconcentrer sur le championnat, ce samedi, sur la pelouse de l'Inter Milan. Face à une équipe turinoise sacrément remaniée, ce sont les hôtes qui prennent les choses en main, à l'image d'Icardi qui déclenche les hostilités d'une belle frappe lointaine que Storari parvient à détourner. Sur la pelouse, seuls les Intéristes ont un truc à jouer et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça se voit. Beaucoup. Dominateurs, les locaux sont très vite récompensés grâce à la réussite de Mauro Icardi qui dévie, de la poitrine, une frappe de Brozovic (10e). Devant l'apathie de ses coéquipiers, Morata décide de sonner la révolte, mais le héros de Madrid, à l'issue d'une superbe action, voit sa frappe déviée par Handanovic (21e). Malgré une nouvelle énorme occasion pour l'Inter sur une frappe de Palacio, la Juve sort peu à peu la tête de l'eau et Matri fait parler sa pointe de vitesse qui oblige Vidic à commettre l'irréparable dans la surface : penalty. Face aux absences de Vidal, Tévez ou encore Pirlo, c'est Marchisio qui prend son élan et remet les deux équipes à égalité (42e).







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant