Morata, oasis au milieu du désert ?

le
0
Morata, oasis au milieu du désert ?
Morata, oasis au milieu du désert ?

Bientôt qualifiée pour l'Euro 2016, l'Espagne fera tout pour conserver sa double couronne sur les terres françaises. Tout, cela commence par bien choisir ses buteurs providentiels pour le tournoi. Et au premier abord, le choix est loin d'être établi. Explications.

Depuis l'origine de la vie sur Terre, les grands règnes se sont construits dans la durée. D'abord, le règne minéral, il y a 4,5 milliards d'années. Puis le règne végétal, il y a 3,8 milliards d'années. Enfin, le règne animal, il y a 2,5 milliards d'années. Apparus dans la continuité de l'évolution terrestre, les hommes se sont battus dans des arènes, sur des champs de bataille, pour aujourd'hui donner lieu à des frontières étatiques. Ces frontières forment des pays, et ces pays représentent maintenant leurs peuples par le sport, grâce à des équipes nationales. Aujourd'hui donc, le football en Europe est sous l'emprise d'un règne, celui de l'Espagne, depuis le 29 juin 2008, au stade Ernst Happel de Vienne. Ce jour-là, la Roja affronte l'Allemagne dans une affiche rêvée entre, selon les experts, les deux meilleures équipes du tournoi. Ce soir-là, l'Espagne remportera le trophée par le plus petit des écarts (1-0). Le buteur ? Fernando Torres, le successeur madrilène de Raúl Gonzalez Blanco, éternel perdant avec son Espagne. Adulé au pays, El Niño offre ainsi un titre attendu depuis 44 ans. Un titre qui, à ce moment précis, dure toujours. Certes, mais pour combien de temps encore ?

Le retour des briscards


Il y a deux jours, ce même Fernando Torres faisait une déclaration au quotidien As. "Je n'ai jamais quitté la sélection, parce qu'elle me fait rêver comme au premier jour, et beaucoup de mes plus beaux souvenirs se sont passés avec elle, déclare le buteur de l'Atlético Madrid. Mais en ce moment, je crois que le sélectionneur compte sur d'autres personnes. J'ai d'autres priorités, comme bien jouer avec mon club et jouer de façon constante." Près de huit années après sa nuit magique en Autriche, Torres prend du galon, mais surtout de l'âge : il aura 32 ans au moment de l'Euro 2016. Et si l'homme peut encore faire le travail, la nouvelle génération peine à trouver ses marques actuellement. En réalité, seul un homme semble en mesure de pouvoir succéder aux aînés Torres et Villa : Álvaro Morata. Parti du Real Madrid à cause d'une concurrence trop dense, l'Espagnol s'est tourné vers l'Italie et constitue, même dans une Juventus encore en rodage pour ce début de saison, la grosse satisfaction de ces derniers mois.

Un buteur fiable, d'accord. Mais qu'en est-il des autres ? Quid de Diego Costa, pris dans la crise à Chelsea et de plus en plus renié en…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant