Moralisation: un vote sans enthousiasme

le
0
Nés dans l'urgence de l'affaire Cahuzac, les textes ont soulevé des critiques à droite comme à gauche.

La veille de l'audition très attendue de Jérôme Cahuzac devant la commission d'enquête parlementaire, les députés ont adopté mardi en première lecture les deux projets de loi visant à la transparence de la vie publique. Deux projets mal-aimés qui sont nés dans l'urgence de l'affaire Cahuzac et ont suscité plus de polémiques que d'approbation. Y compris au PS, où le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a freiné des quatre fers pour s'opposer à la publication du patrimoine des élus et refuser le «voyeurisme».

Le premier texte, un projet de loi organique, a été adopté par 326 voix contre 193 ; le second, une loi ordinaire, par 328 voix contre 193. La surprise est venue des députés radicaux de gauche, qui ont joint leurs voix à celles de l'UMP et d'une partie du centre pour dénoncer ce texte. Au total, 176 UMP, 7 UDI (dont Jean-Christophe Lag...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant