Mor de faim

le
0
Mor de faim
Mor de faim

13 petits matchs en pro et déjà sensation de l'Euro, Emre Mor vit une carrière Hollywood. Surprise de la liste de Fatih Terim, le futur joueur du BVB, 18 piges à peine, a snobé son Danemark natal, où son parcours a été aussi incertain que ses courses.

Le 28 mai 1997, finale de Ligue des Champions entre le Borussia Dortmund et la Juventus Turin. Riedle met au fond deux centres, Del Piero réduit le score. Et puis Lars Ricken, 20 ans, l'enfant chéri, lobe Peruzzi sur son premier ballon, 16 secondes après son entrée en jeu. Un modèle de précocité et de débuts réussis. A peine deux mois plus tard, le 24 juillet, Emre Mor voit le jour à Tingbjerg, quartier ouvrier du nord-ouest de Copenhague où vivent de nombreux immigrés. Son père est turc, sa mère macédonienne et l'argent ne coule pas vraiment à flot. Des parents forcément très fiers de voir leur gamin à l'Euro 2016 mettre le feu à la Croatie lors de son entrée en jeu. Peut-être un peu moins lorsqu'il a attendu que Luka Modric finisse de répondre aux questions des journalistes pour prendre un selfie avec lui, même si cela prouve qu'il a au moins bon goût. Toujours est-il qu'en 20 minutes de courses et crochets courts sur son flanc droit, l'ailier - qui rappelle forcément le Messi des débuts - a convaincu la Turquie que Fatih Terim avait fait le bon choix, et le Danemark de pleurer sa pépite perdue. Parce qu'autant en dehors que sur le terrain, Emre maîtrise l'art délicat du contre-pied.

Grand talent, grand caractère


Tout commence comme si souvent dans la carrière d'un jeune prodige. Le jeune Emre passe son temps à jouer au foot et prends sa première licence à quatre ans, à Bronshoj, modeste club dans la banlieue de la capitale danoise. Là-bas son talent interpelle vite, et il s'engage à Lyngby, club formateur réputé. Pendant neuf ans, les échelons se franchissent tranquillement. Évidemment, il tape dans l'œil des formateurs nationaux. Per Holm, sélectionneur U16 et U18, se rappelle pour la magazine D Bold : " Quand il est arrivé, c'était un joueur très petit. Un petit joueur qui pouvait faire quelque chose d'extraordinaire avec le ballon. Et c'était aussi un joueur très capricieux. Il était très intéressé, mais également très en colère, ce qu'il avait du mal à gérer, et donc il a souvent été expulsé. C'était vraiment un joueur intéressant, et nous savions que nous devions l'aider à maîtriser son tempérament violent. C'était un énorme potentiel,…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant