Moody's sceptique sur les objectifs de déficit de Paris

le
3

* Les objectifs pour 2014 et 2015 jugés peu réalistes * Le "pacte de responsabilité" trop flou pour Moody's * La faible croissance de la France pointée du doigt (Actualisé avec contexte) 4 août (Reuters) - La France risque de ne pas atteindre ses objectifs en matière de réduction de son déficit budgétaire en 2014 et 2015, estime lundi l'agence de notation Moody's dans un communiqué. L'agence note que la France a donné une nouvelle orientation à sa politique budgétaire et la qualifie de positive mais juge que l'application de nombreuses mesures reste floue et relève que l'économie française reste pénalisée par une faible croissance. "En conséquence, même si le déficit est appelé à conserver une trajectoire baissière, le pays n'apparaît pas en mesure d'atteindre ses objectifs budgétaires en 2014 et 2015", écrit Moody's. Le gouvernement espère ramener le déficit public à 3,8% de PIB fin 2014, après 4,3% fin 2013, avant d'atteindre la limite européenne de 3% fin 2015. Avant Moody's, le Fonds monétaire international avait estimé lui aussi, début juillet, que la France allait manquer ses objectifs de réduction du déficit public en raison d'une croissance économique plus faible que prévu par l'exécutif. ID:nL6N0PE3WI La Cour des comptes avait également jugé, dès le mois de juin, peu réalistes les objectifs définis par le gouvernement. Selon elle, le déficit risque d'atteindre 4,0% fin 2014, voire davantage si la croissance est inférieure à 1%. ID:nL5N0OY20P Paris intègre désormais dans sa stratégie budgétaire les problématiques de la compétitivité mais la mise en oeuvre de sa politique n'est pas sans risques, analyse Moody's dans le communiqué publié lundi. "La mise en œuvre du programme du gouvernement s'annonce d'autant plus ardue dans un contexte de croissance atone", estime Moody's. MAUVAISES NOUVELLES EN VUE Le gouvernement prévoit une croissance économique de 1% cette année et de 1,7% l'an prochain mais le FMI estime qu'elle n'atteindra que 0,7% cette année et 1,4% en 2015. L'Insee prévoit également une croissance du PIB de 0,7% cette année. "Nous mettons en place les réformes annoncées mais le rythme des efforts entrepris pour réduire les déficits dépend aussi de la croissance", dit François Hollande dans des déclarations publiées lundi par Le Monde. Le président français a appelé en outre l'Allemagne à apporter un soutien plus fort à la croissance en Europe, estimant que ses excédents et sa situation financière lui permettaient d'investir davantage. ID:nL6N0QA2S8 L'exécutif français prépare depuis plusieurs semaines ses partenaires européens à de mauvaises nouvelles sur l'économie et les déficits. Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé vendredi qu'il dirait "la vérité aux Français" à la mi-août, tout en avertissant l'Union européenne qu'une consolidation budgétaire trop rapide risquait "d'éteindre la croissance". Le gouvernement pourrait attendre, avant une éventuelle révision de ses objectifs, les chiffres préliminaires de la croissance au deuxième trimestre qui seront annoncés le 14 août. Moody's a maintenu en début d'année la note souveraine de la France à Aa1, avec une perspective négative, invoquant la baisse continue de la compétitivité de l'économie française et les risques d'un nouvel affaiblissement de la solidité financière du pays. L'agence de notation avait déjà alors exprimé des doutes sur le réalisme des objectifs du gouvernement, estimant que la mise en oeuvre et l'efficacité du "pacte de responsabilité" proposé par le chef de l'Etat risquaient de se heurter à la persistance de rigidités sur les marchés du travail, des biens et des services ainsi qu'à des tensions sociales. L'analyse fournie lundi par Moody's sur la situation économique de la France et ses perspectives reste très critique. "De manière générale, Moody's note que la France continue à se montrer moins performante que les autres pays notés Aa1 sur le plan budgétaire, d'où sa perspective négative, et sensiblement moins performante que les pays Aaa", lit-on dans le communiqué de l'agence de notation. (Patrick Vignal pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M156470 le mardi 5 aout 2014 à 09:44

    Qui pourrait encore faire confiance à nos dirigeants après deux ans d'échecs consécutifs sur tous les tableaux ???

  • M156470 le mardi 5 aout 2014 à 07:49

    Un seul paramètre sera en hausse sévère : LE CHOMAGE ....

  • M9095115 le mardi 5 aout 2014 à 01:05

    Qui eut cru que le gouvernement de nuls ferait baisser les déficits avec cette politique d'aider les fainéants et virer les productifs

Partenaires Taux