Moody's sceptique sur les objectifs de déficit de Paris

le
3
MOODY'S SCEPTIQUE SUR LES OBJECTIFS DE DÉFICIT DE LA FRANCE
MOODY'S SCEPTIQUE SUR LES OBJECTIFS DE DÉFICIT DE LA FRANCE

(Reuters) - La France risque de ne pas atteindre ses objectifs en matière de réduction de son déficit budgétaire en 2014 et 2015, estime lundi l'agence de notation Moody's dans un communiqué.

L'agence note que la France a donné une nouvelle orientation à sa politique budgétaire et la qualifie de positive mais juge que l'application de nombreuses mesures reste floue et note que l'économie française est pénalisée par une faible croissance.

"En conséquence, même si le déficit est appelé à conserver une trajectoire baissière, le pays n'apparaît pas en mesure d'atteindre ses objectifs budgétaires en 2014 et 2015", écrit Moody's.

Le gouvernement espère ramener le déficit public à 3,8% de PIB fin 2014, après 4,3% fin 2013, avant d'atteindre la limite européenne de 3% fin 2015.

Avant Moody's, le Fonds monétaire international avait estimé lui aussi, début juillet, que la France allait manquer ses objectifs de réduction du déficit public en raison d'une croissance économique plus faible que prévu par l'exécutif.

La Cour des comptes avait également jugé, dès le mois de juin, peu réalistes les objectifs définis par le gouvernement. Selon elle, le déficit risque d'atteindre 4,0% fin 2014, voire davantage si la croissance est inférieure à 1%.

Paris intègre désormais dans sa stratégie budgétaire les problématiques de la compétitivité mais la mise en oeuvre de sa politique n'est pas sans risques, analyse Moody's dans le communiqué publié lundi.

"La mise en ½uvre du programme du gouvernement s'annonce d'autant plus ardue dans un contexte de croissance atone", estime Moody's.

Le gouvernement prévoit une croissance économique de 1% cette année et de 1,7% l'an prochain mais le FMI estime qu'elle n'atteindra que 0,7% cette année et 1,4% en 2015. L'Insee prévoit également une croissance du PIB de 0,7% cette année.

"Nous mettons en place les réformes annoncées mais le rythme des efforts entrepris pour réduire les déficits dépend aussi de la croissance", dit François Hollande dans des déclarations publiées lundi par Le Monde.

Le président français a appelé en outre l'Allemagne à apporter un soutien plus fort à la croissance en Europe, estimant que ses excédents et sa situation financière lui permettaient d'investir davantage.

L'exécutif français prépare depuis plusieurs semaines ses partenaires européens à de mauvaises nouvelles sur l'économie et les déficits. Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé vendredi qu'il dirait "la vérité aux Français" à la mi-août, tout en avertissant l'Union européenne qu'une consolidation budgétaire trop rapide risquait "d'éteindre la croissance".

(Patrick Vignal pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le mardi 5 aout 2014 à 03:57

    Direction la Grèce! Planquez vos économies, la chyprisation des comptes par un état qui n'est pas loin de la cessation de paiement est proche!

  • M1531771 le lundi 4 aout 2014 à 22:24

    C'est la faute de Sarkozy....!!! Ah non ? Mince alors....!

  • M8762684 le lundi 4 aout 2014 à 22:19

    Comment ???? On nous aurait menti ???!!!

Partenaires Taux