Montreuil-Bellay : l'hommage de la France aux Tsiganes internés pendant la Guerre

le , mis à jour à 11:57
8
Montreuil-Bellay : l'hommage de la France aux Tsiganes internés pendant la Guerre
Montreuil-Bellay : l'hommage de la France aux Tsiganes internés pendant la Guerre

Toutes les associations de Tsiganes et des gens du voyage l'attendaient. François Hollande, qui se rend aujourd'hui à Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire), devrait reconnaître la responsabilité du pays dans l'internement des nomades et des sans-domicile-fixe durant la Seconde Guerre mondiale... et même après, puisque le dernier camp a fermé en mai 1946.

 

« Le régime de Vichy, d'abord, puis la France ont interné des Tsiganes contre leur gré et le président dira qu'il faut le reconnaître et l'assumer », explique-t-on dans l'entourage du président. « Cette visite s'inscrit dans le travail de mémoire que le chef de l'Etat a engagé depuis le début de son quinquennat pour réconcilier toutes les mémoires et n'en constituer qu'une seule, celle de la France », ajoute la présidence. L'Etat avait franchi un premier pas vers la reconnaissance de la participation de la France dans cet internement familial en juillet 2010. L'ancien secrétaire aux Anciens Combattants Hubert Falco l'avait alors évoquée lors d'une Journée nationale de la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'Etat français.

 

Reconnaître la caravane comme un logement

 

Montreuil-Bellay (où François Hollande inaugurera une stèle mémorielle) était le plus grand des 31 camps gérés par les autorités françaises et entre 6 000 et 6 500 personnes y furent internées. Là, près d'Angers, plus de 2 000 nomades, des Tsiganes mais aussi des sans-domicile-fixe de Nantes, furent internés de novembre 1941 à janvier 1945. Une centaine périrent. Classé monument historique en 2012, le site de Montreuil-Bellay, dont il ne reste que des vestiges, est hautement symbolique. Il témoigne du traitement dramatique — insalubrité, malnutrition et maladies — enduré par les gens du voyage entre 1940 et 1946.

 

Cette reconnaissance n'est qu'une première étape pour la population nomade dont les souffrances pendant la guerre ont longtemps été ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 il y a 10 mois

    Il y a eu dans la passée des conquêtes qui ont été faites par des musulmans ou des maures en occident et qui ont données lieu a des déplacements de populations importantes, doit ont demander que les pays qui ont été à l'origine se repentent !!!! A un moment, il faut tirer un trait et avancer. Que dire actuellement des viols, tortures et traites de personnes humaines qui sont faites dans certains pays d'Afrique par une partie de la population qui est originaire sans que cela ne fasse débat !

  • sense78 il y a 10 mois

    Il faut interner Hollande, l'autre pays du chômage.

  • mlaure13 il y a 10 mois

    De plus en plus LAMENTABLE...notre présidentielle "tortue piquet" ne sait plus à quels saints se vouer...;-(((

  • 34flora il y a 10 mois

    je répète puisque effacé. je disais donc : qui dans 50 ans commémorera ce qui est en train de se préparer pour les français ?

  • 300CH il y a 10 mois

    aahh!! une commémoration, il y avait longtemps, le Croque Mo rt de France reprend du service

  • 34flora il y a 10 mois

    dormez braves gens, tout va bien, dans le meilleur des mondes !

  • Spartaku il y a 10 mois

    enfin !!

  • curves il y a 10 mois

    toujours la m^me stratgégie des politiques = commémorerau lieu de travailler et d'obtenir des résultatsHollande dégage