Montres, bracelets, lunettes... l'informatique vestimentaire

le
0
Montres, bracelets, lunettes... l'informatique vestimentaire
Montres, bracelets, lunettes... l'informatique vestimentaire

Etre à la pointe de la mode et du style est en train de prendre un tout nouveau sens, alors qu'une poignée d'entreprises visionnaires transforme lunettes, bracelets et montres en petits ordinateurs portables, connectés au corps autant qu'à l'internet.La vogue de l'ordinateur "portable" -- celui que l'on porte sur soi, comme un vêtement -- va de pair avec le mouvement du "quantified self" ou "quantification de soi", qui consiste pour un individu à mesurer des données liées à son propre corps, de la qualité et la durée de son sommeil à la quantité de calories brûlées à la gym."Nous entrons dans l'ère de l'informatique vestimentaire", déclare Van Baker, analyste à l'institut de recherche technologique Gartner. "Les gens vont se déplacer avec des appareils personnels en contact avec leur corps, et auront des outils qui communiqueront entre eux et avec l'internet".Le mouvement a trouvé un débouché naturel dans le fitness, avec des appareils comme Jawbone UP, Nike FuelBand et Fitbit.Ces gadgets utilisent des capteurs pour détecter les moindres mouvements du corps, et envoient les informations recueillies à des téléphones portables ou des tablettes, où des applications moulinent et analysent les données.L'entreprise Jawbone, basée à San Francisco, s'est lancée dans l'informatique portable il y a plusieurs années, en introduisant des mini-ordinateurs dans d'élégants écouteurs et micros pour smartphones.La compagnie a continué à se développer en rachetant BodyMedia, un fabricant de bracelets enregistrant en temps réel les calories brûlées. Le bracelet est notamment utilisé dans un programme de télé-réalité américain, dans lequel des participants en surpoids doivent maigrir le plus possible."Il y a un appétit énorme, chez les consommateurs, pour les données personnelles et la découverte de soi, et la demande va continuer à grandir", déclare Hosain Rahman, patron ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant