Montréal, une ville de foot ?

le
0
Montréal, une ville de foot ?
Montréal, une ville de foot ?

Pour la deuxième fois, Montréal est le théâtre du match inaugural de la saison du football français : le Trophée des champions. La métropole québécoise, capitale mondiale du hockey sur glace, n'est pas forcément le lieu le plus évident pour que s'impose un sport aussi européen que le football. Le défi est grand, mais pas insurmontable.

La LFP insiste. Comme en 2009, le Trophée des champions va se jouer à Montréal, chez les cousins francophones d'Amérique du Nord. Il y a six ans, l'événement s'était disputé dans l'immense et étrange stade olympique, loin d'être plein mais devant tout de même 34 000 spectateurs, ce qui pouvait constituer une réussite étant donné l'affiche pas hyper emballante d'alors : Bordeaux contre Guingamp. L'actuelle est bien plus prestigieuse, avec l'opposition entre le PSG et l'OL, et pourtant l'affluence sera forcément moins importante. Car ce n'est plus sur le synthétique du stade olympique que le premier trophée de la saison du foot français va se jouer mais au stade Saputo voisin, antre de l'équipe locale de l'Impact de Montréal, de capacité bien plus modeste avec un peu plus de 20 000 places. Est-ce un aveu d'échec de programmer ce match dans le plus petit des deux stades ? Il y a matière à l'interpréter ainsi. On peut aussi considérer ce choix comme une preuve de maturité d'organiser cette rencontre dans une enceinte totalement dédiée à la pratique du football, avec gazon naturel. La folie des grandeurs c'est fini : à Montréal comme ailleurs en Amérique du Nord, on essaie de faire s'épanouir ce sport, que là-bas on appelle soccer, avec patience, sans démesure, en visant le long terme. Sacré défi, peut-être à Montréal plus qu'ailleurs encore.

Les Canadiens, seuls mais inatteignables concurrents


Car en matière de sport, la métropole québécoise est la capitale du hockey sur glace. Plus qu'un sport : une religion vénérant ses dieux, les Canadiens de Montréal, franchise la plus titré de l'histoire de la NHL, et avec pour église le Centre Bell et sa patinoire qui paraît minuscule entourée de plus de 20 000 sièges ! L'amphithéâtre le plus fréquenté d'Amérique du Nord est plein à tous les matchs, avec des supporters – "partisans" en VO – gavés d'info sur le hockey tout au long de l'année. À la rubrique sport des journaux locaux, il n'est question quasiment que de l'actualité du CH et de la NHL. À la télé, pareil : le soccer a bien du mal à se faire une place. C'est une gageure pour les dirigeants de l'Impact et plus généralement pour les promoteurs du football que d'essayer de lui faire une place. Un combat perdu d'avance ? Pas forcément. Dans cette ville de grande mixité, on y joue de plus en plus dans les parcs. L'activité plaît, c'est indéniable. La pratique se développe. Pour qu'elle…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant