Montpellier : White aurait aimé avoir des Français

le
0

Jake White, l’entraîneur de Montpellier, assure avoir essayé de recruter des joueurs de nationalité française mais sans réussite. C’est la raison selon le technicien sud-africain à la présence en nombre de ses compatriotes au sein du MHR qui sont « taillés parfaitement pour le Top 14 ».

« Vous savez, j'ai démarché une trentaine de joueurs français parmi les meilleurs pour venir à Montpellier, assure Jake White en conférence de presse. Et ces joueurs ne voulaient pas venir car nous n'avons pas assez gagné ». Le technicien de Montpellier a répondu aux nombreuses critiques sur la grande présence de joueurs étrangers dans l’effectif du MHR cette saison à la veille de sa demi-finale face à Toulon ce samedi (20h45). L’entraîneur, champion du monde en 2007 avec les Springboks, assure que le maigre palmarès du club en est la cause. « Évidemment, je ne peux pas donner leurs noms, mais toutes les réponses étaient les mêmes : Jake, je sais qu'il y a une bonne ambiance à Montpellier, un bon projet, des ambitions. Mais Montpellier n'a rien gagné. Si Montpellier gagne quelque chose, je viendrais peut-être la saison prochaine ». Et quand on lui pose la question de savoir si le MHR serait aussi performant sans ses joueurs sud-africains, la réponse est oui. « Je vais vous donner un exemple : je pense que Louis Picamoles serait exceptionnel dans notre équipe, confirme le coach. Sa famille vit à Sète mais il ne vient pas chez nous. Un gars comme Gaël Fickou serait fantastique. On l'a proposé à Montpellier il y a quelques années mais le club apparemment a dit non ». Et de poursuivre et de renforcer sa philosophie.  « Les joueurs que je peux avoir, et comprendre, sont Sud-Africains. C'est pour ça que je me sens à l'aise de les faire venir. Ils jouent de la façon dont je veux, ils sont taillés parfaitement pour le Top 14 ». Avec Cédric Rouger à Rennes.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant