Montpellier : vers un tirage au sort pour entrer à l'université ?

le
5
Face aux restrictions budgétaires, les étudiants de l'université de Paul-Valéry (Montpellier) ont manifesté le 4 octobre.
Face aux restrictions budgétaires, les étudiants de l'université de Paul-Valéry (Montpellier) ont manifesté le 4 octobre.

"Je n'ai pas le choix", regrette Anne Fraïsse, présidente de l'université Paul-Valéry Montpellier-III. Le 17 septembre, lors du conseil d'administration, elle annonce des pertes estimées à 3 621 297 euros pour l'année 2014 et propose des restrictions budgétaires. La liste est longue et douloureuse : fermeture complète du site universitaire de Béziers (700 étudiants concernés), tirage au sort des étudiants en première année, réduction du volume des enseignements dans les filières à petits effectifs, diminution des crédits alloués à l'accueil des professeurs, arrêt des financements des contrats doctoraux, non-remplacement des départs à la retraite. Sans attendre, la riposte s'organise. Professeurs, personnels administratifs et étudiants font bloc commun. Le responsable est d'ores et déjà désigné : l'État.

Pour Lenka Popravka, responsable locale de l'Unef, la situation que connaît son université est "la conséquence logique de la LRU" - réforme phare de l'ère Sarkozy qui a accordé l'autonomie budgétaire et la gestion des ressources humaines aux universités. L'étudiante ne cache pas sa colère, mais soutient Anne Fraïsse. "La gestion est bonne", assure-t-elle. Refusant tout tirage au sort, Lenka plaide pour une université ouverte à "tous et toutes". Mathieu, syndiqué à Solidaires (extrême gauche), défend la même ligne. Sauf que, plus radical que sa camarade, il réclame le retrait de toutes les réformes depuis le LMD* (pour...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius le vendredi 4 oct 2013 à 18:08

    Université à éviter : un nid de gauc)histes futurs chômeurs et assistés à vie.

  • 2445joye le vendredi 4 oct 2013 à 18:07

    Comme le disait le général de Gaulle: "Les études supérieures ne sont pas un droit mais un devoir pour ceux qui ont ont les capacités". Si on appliquait ce principe, le problème serait vite résolu.

  • M2280901 le vendredi 4 oct 2013 à 18:02

    il faut accorder la priorité aux 'jeunes' des cités , même si la plupart ont BAC-12 ! justice socialope oblige !!

  • M6322243 le vendredi 4 oct 2013 à 17:48

    y a combien d'etranger la!!!!!

  • M1310580 le vendredi 4 oct 2013 à 17:15

    honteux