Montpellier : Les explications de Galthié

le
0
Montpellier : Les explications de Galthié
Montpellier : Les explications de Galthié
Pour la première fois, Fabien Galthié a évoqué en longueur sa mise à pied du poste de manager du MHR mardi dans les colonnes de L'Equipe et le conflit qui l'oppose au président montpelliérain Mohed Altrad. Touché par les événements des dernières semaines, l'ancien demi de mêlée international se dit également intéressé par le XV de France.

Alors qu’une conciliation aux prud’hommes a échoué lundi et que les deux hommes se retrouveront devant un tribunal le 16 janvier prochain, Fabien Galthié a longuement parlé mardi de sa mise à pied fin décembre dernier du poste de manager de Montpellier ainsi que du conflit qui l’oppose depuis cette date à son patron, Mohed Altrad, le président du club héraultais, actuellement septième du Top 14.

« C’est un peu comme si on m’avait mis dans le tambour d’une machine à laver. Ça tourne, ça tourne…, explique Galthié dans L’Equipe mardi matin. Je savais que ce genre de choses pouvait m’arriver, mais pas avec cette méthode ni avec cette communication violente. Je ne souhaite à personne, même à mon pire ennemi, de vivre ça. (…) Après la victoire contre Toulouse (ndlr : le 20 décembre), il (Altrad) m’a dit quelque chose comme : ‘‘ Je vais vous sortir et je vais vous faire mal. ’’ Mais je pensais qu’on ne pouvait pas effacer comme ça dix années de performance en tant qu’entraîneur. (…) C’est vrai qu’on était sur sept défaites consécutives. Mais l’an dernier on avait connu neuf défaites en onze matchs. (…) Lors de la réunion avec les joueurs (le 6 décembre chez Mohed Altrad), je lui avais dit : ‘‘ On se qualifiera. On va s’en sortir. ’’ J’ai toujours pensé qu’on allait régler le problème. Je me suis trompé. (…) Je ne suis pas aigri, je suis déçu. »

Pas indifférent aux Bleus

S’il reconnait que ses méthodes - jugées parfois « humiliantes » - peuvent décontenancer certains joueurs, il réfute l’idée d’avoir voulu quitter le navire montpelliérain quand la situation sportive s’est dégradée et défend sa communication. « (Lors de notre entretien du 9 janvier) j’ai halluciné. Durant l’entretien, je lui ai parlé du sportif. Je lui ai expliqué pourquoi on avait ces résultats. Il (Altrad toujours) m’a dit que ce n’était pas le sujet. Il m’a reproché d’avoir dit, avant Bath (défaite en Coupe d’Europe le 5 décembre 2014), que l’équipe n’allait surement pas gagner. Mais combien d’entraîneurs le disent, avant un match, pour ne pas énerver l’équipe en face ! ‘‘ On fait l’impasse.’’ ‘‘ Ça va être dur…’’

Aujourd’hui, Fabien Galthié semble de plus en plus prêt - « je ne dis pas que je le suis, mais j’écoute » - à se relancer sur un nouveau projet. Avec le XV de France ? « C’est agréable (ndlr : de savoir que l’on pense à lui pour succéder à Saint-André). Bienveillant. Je ne suis pas indifférent. Connaissez-vous un entraîneur en France qui répondrait non ? Je ne crois pas. » Alors qu’il s’estime légitime pour devenir entraîneur des Bleus, l’ancien joueur du Stade Français et de Colomiers ne demande pas pour autant les pleins pouvoirs : « Je ne recherche pas une posture de patron. Je veux juste travailler, collaborer, apporter mes compétences. L’équipe de France, pour moi, c’est une mission de service public. » Même s’il n’a pas complètement décidé de poursuivre sa carrière d’entraîneur - « j’ai été touché par mon traitement des derniers mois (…) il faut laisser s’apaiser les choses » - Galthié reconnait pour finir qu’il a reçu plusieurs propositions. En France, à l’étranger, en club ou en sélection.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant