Montpellier fait siffler le Parc

le
0
Montpellier fait siffler le Parc
Montpellier fait siffler le Parc

À quatre jours d'un déplacement capital à Londres, le PSG a concédé un nul sans saveur face à un bon Montpellier (0-0). Le tout avec une équipe remaniée, un gamin de 18 ans au milieu et un manque d'imagination criant. L'angoisse de l'Eurostar sera réelle.

PSG 0-0 Montpellier


Ce n'est pas le plus élégant du championnat. Il a trente-trois ans, laisse encore quelques petits poils bruns pour entourer son sourire et aujourd'hui, il n'est qu'une doublure. Face à un PSG B, Laurent Pionnier aura finalement été le seul charme d'un après-midi sans saveur dans un Parc endormi. Décisif à plusieurs reprises devant Di María, déterminant en ouverture face à Cavani, sauveur face à Zlatan en fin de match, le gardien montpelliérain aura été le dernier rempart derrière une défense solide et un collectif intéressant malgré son manque de création. Montpellier repart donc de Paris avec un bon point (0-0). Le PSG, de son côté, n'a pas convaincu, sans trop forcer, et pourra préparer Chelsea sans courbature.

Le sourire de l'ange


C'est une affaire de mots et d'actes. Avant la rencontre, Laurent Blanc avait annoncé qu'il alignerait "un panaché" pour préparer la bataille de Londres mais aussi pour atteindre son premier objectif de la saison. C'est un secret pour personne, Paris veut mettre fin au suspens rapidement pour pouvoir se focaliser ensuite sur la coupe d'Europe, si Europe il y a encore dans quelques jours. La mission Ligue 1 ne passe plus que par six points et le PSG pourrait être champion dès la semaine prochaine, à Troyes, en cas de victoire cet après-midi. Blanc couche alors ses choix : un axe défensif Marquinhos-Kimpembe, Silva laissé en tribune et un coeur de jeu assuré par le trident Nkunku-Stambouli-Rabiot. Zlatan, lui, pose ses fesses sur le banc alors que Di María effectue son retour. Montpellier, de son côté, ne change pas un système qui reste sur trois succès consécutifs. Hantz gomme seulement deux noms de son onze vainqueur face au LOSC la semaine passée (3-0) : Ellyes Skhiri est préféré à Saihi et Yatabaré laisse sa place à Ninga. Sans peur et avec des ambitions.

Dès les premières minutes, Paris impose son souffle et Cavani gâche deux cartouches sur des services de Maxwell. La première sur la barre, la seconde sur Pionnier. Mais le PSG affiche une fragilité semblable à celle vue la semaine dernière à Lyon. Le milieu, toujours amputé de l'ambianceur Verratti, peine à imposer son autorité et souffre face au pressing montpelliérain.…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant