Montpellier enfonce le Stade Français

le
0

Dans un match ponctué par de nombreuses fautes, le MHR s'impose au Stade Français (26-20) pour la première fois de son histoire et enchaîne une septième victoire consécutive. Les Parisiens se consoleront en enlevant le bonus offensif aux Montpelliérains en toute fin de match. La fin de saison s'annonce très longue pour les joueurs de Gonzalo Quesada.

Le debrief

Relever la tête, c’était l’objectif du Stade Français avant de démarrer cette rencontre à Jean-Bouin après son élimination en Champions Cup le week-end dernier. Pourtant malgré la possession parisienne en début de match, les Montpelliérains ont occupé le terrain. Ben Lucas a profité des fautes des locaux pour ouvrir le score après huit minutes de jeu. Alors que les demis de mêlée des deux équipes ont quelque peu balbutié leur jeu au pied, Jules Plisson a répondu à Lucas. Grosse frayeur ensuite pour les Parisiens lorsque Marvin O’Connor a cru filer à l’essai mais Hugo Bonneval est revenu puis a commis une faute flagrante d’antijeu afin de ralentir la libération. Avec cette faute, l’arrière a évité l’essai adverse mais a écopé d’un carton jaune. Double sanction pour les joueurs de Gonzalo Quesada, le buteur montpelliérain a passé la pénalité. Sur le renvoi qui a suivi, Mikheil Nariashvili a récupéré un en-avant d’un de ses coéquipiers alors qu’il était devant lui. Plisson ne s’est pas fait prier pour recoller au score. Mais les Cistes ont bien décidé de profiter de leur supériorité numérique avec notamment le choix audacieux de ne pas prendre les points pour aller en touche (32eme). Un pari gagnant, puisqu’à la suite de plusieurs mauls, les visiteurs par l’intermédiaire de Matthieu Ivaldi ont pu marquer un essai, son deuxième cette saison. En difficulté en mêlée, les parisiens étaient menés (11-6) par des Montpelliérains qui se sont appuyés sur leur puissance et sur leur jeu d‘avant. Après la pause, c’était au tour du MHR d’être pénalisé. Jules Plisson a continué son sans-faute face aux perches et a permis à son équipe de revenir à deux points. Mais les Cistes ont repris le match par le bon bout peu avant la 50eme minute avec leur point fort dans ce match, les ballons portés. A l’image du premier essai, le maul montpelliérain a emporté les parisiens dans leur en-but et Akapusi Qera a pu aplatir. Mais les Parisiens ont fait le dos rond et ont profité des errements adverses. Toujours impérial face aux perches, Jules Plisson a permis de réduire l’écart. Tout était alors possible pour le Stade Français. Mais les Parisiens ont été punis par une pénalité de Benoît Paillaugue pour leur indiscipline. La mêlée des hommes de Gonzalo Quesada s’est bien repris à l’image de sa seconde mi-temps et a permis au Stade Français de rester dans le match avec la botte de l’ouvreur tricolore. Les joueurs de Jake White ont pensé décrocher le bonus offensif après un exploit personnel de Benoît Paillaugue. Mais un essai de Jérémy Sinzelle a annihilé ces espoirs. A l’image de sa saison, Montpellier s’impose (26-20) sans être flamboyant mais avec son jeu d’avant. Avec ce sixième succès consécutif en Top 14, le MHR reprend la deuxième place derrière Clermont et s'impose pour la première fois de son histoire à Paris. Le Stade Français n’a jamais réussi à développer son jeu et ne s’est visiblement pas remis de son élimination en Coupe d’Europe.

Le joueur qui a crevé l’écran

QERA a encore réalisé une belle performance avec le MHR. Le capitaine des Fidji a inscrit un essai et a impressionné dans le jeu courant. Sa puissance, son abatage et sa technique ont fait de lui l’un des hommes de base de la victoire montpelliéraine à Jean Bouin.

Le tweet qui nous a fait rigoler

La phrase à chaud à retenir

« On est près du bonus défensif mais là il n’y a rien à retenir de ce genre de match, nous sommes dans le dur » (Jérémy Sinzelle - Toulouse au micro de Rugby+)

La stat dont on se souviendra

7. Comme le nombre de victoires consécutives de Montpellier toutes compétitions confondues. Le MHR est en pleine bourre.

Les joueurs à la loupe

Stade Français PARISSE a encore été l’un des Parisiens les plus en vus. Le troisième ligne italien s’est multiplié à tous les coins du terrain. PLISSON a été en difficulté dans le jeu courant mais efficace face aux perches. ALBERTS a fait parler sa puissance dans le combat tout comme PYLE. BONNEVAL a bien défendu, à défaut d’attaquer, mais a reçu un carton jaune pour anti jeu. Montpellier LUCAS a réalisé une performance moyenne et a été inefficace face aux perches. NAGUSA a montré toute sa puissance mais est resté discret. O’CONNOR a jailli à plusieurs reprises mettant son équipe dans l’avancée. IVALDI, auteur d’un essai, et MAS ont été bons en conquête. Enfin SPIES a continué de montrer qu’il était en forme en ce moment.  

La feuille de match

TOP 14 (21EME JOURNEE) / STADE FRANCAIS – MONTPELLIER : 20-26

Stade Jean-Bouin (20 000 spectateurs environ) Temps humide - Pelouse correcte Arbitre : M. Poite Essais : Sinzelle (80eme) pour Stade Français – Ivaldi (36eme), Qera (48eme) et Paillaugue (78eme) pour Montpellier Transformations : Paillaugue (78eme) pour Montpellier Pénalités : Plisson (17eme, 29eme, 42eme, 61eme et 75eme) pour Stade Français – Lucas (8eme et 27eme) et Paillaugue (69eme) pour Montpellier Drops : Aucun Carton jaune : Bonneval (27eme) pour Stade Français Cartons rouges : Aucun Stade Français Bonneval – Arias, Williams, Danty, Sinzelle – (o) Plisson, (m) Dupuy – Alberts, Parisse (cap), Ross – Gabrillagues, Pyle – Slimani, Sempéré, Taulafo. Entraîneur : G. Quesada Montpellier Fall – Nagusa, Tuitavake, Steyn, O’Connor – (o) Lucas, (m) White – Qera, Spies, Ouedraogo (cap) – Willemse, Tchale-Watchou – Mas, Ivaldi, Nariashvili. Entraîneur : J. White
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant