Montpellier : Courbis relativise

le
0
Montpellier : Courbis relativise
Montpellier : Courbis relativise

Après la première victoire de Montpellier cette saison, dimanche contre Lorient (2-1), Rolland Courbis appréciait ce premier succès, mais en gardant à l'esprit que son équipe a raté son entame de saison et souffrira jusqu'au bout.

« Nous sommes satisfaits, mais on ne va pas sauter au plafond, tempérait Rolland Courbis en conférence de presse après la première victoire de son équipe cette saison, dimanche contre Lorient (2-1, 8eme journée de L1). La victoire ne peut que nous faire du bien, mais ne nous donne que quatre points en huit matches, ce qui est catastrophique. Les 94 dernières minutes m'ont paru longues. On est embarqué dans une saison où il va falloir s'habituer à vivre ce genre de matches. On est embarqué dans un championnat très compliqué. A la lecture du classement, il y aura cinq ou six équipes qui joueront un autre championnat, celui du maintien. On en fera partie. D'autres équipes se joindront peut-être à nous dans les semaines à venir. Mais on est en progrès, c’est quasiment aussi important que la victoire en elle-même. »

L’entraîneur de Montpellier précise toutefois que ce premier succès ne change rien à ce qui attend son équipe jusqu’à la fin. « Quand on prend un départ catastrophique, on se prépare à jouer le maintien jusqu'à la dernière journée. Il y a eu de bonnes choses, mais aussi des choses à améliorer. C'est dur de récupérer physiquement et moralement après le scénario vécu devant Monaco. Gagner en partie avec les tripes face à une bonne équipe de Lorient est une bonne chose. On s'est accrochés comme des chiffonniers. Il faudra que cela soit le cas dans les trente derniers matches. Malgré nos quatre points, on n'a encore subi ni leçons de football, ni déroute. On se contente de ça. On pourrait avoir trois ou quatre points de plus en faisant les mêmes matches. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant