Montpellier bichonne Saihi et souhaite en récolter les fruits

le
0
Montpellier bichonne Saihi et souhaite en récolter les fruits
Montpellier bichonne Saihi et souhaite en récolter les fruits
Après avoir disputé le match à Rennes dans son entier, Jamel Saihi devrait enchaîner face à Lens samedi. Après deux saisons passées à l'infirmerie, l'international tunisien est géré avec précaution par Rolland Courbis, qui connaît son importance dans le groupe.

Jamel Saihi en avait quasiment perdu l'habitude. Titulaire à Rennes samedi dernier (0-4), le milieu montpelliérain a disputé la rencontre dans son intégralité. C'était seulement la deuxième fois de la saison pour l'international tunisien et il devrait enchaîner samedi avec la réception de Lens (20h00, 18eme journée de Ligue 1). Saihi n'est plus coutumier du fait. Il a disputé seulement onze matchs de championnat dans leur entier depuis 2012/2013, pour un total de 31 apparitions. La faute à des blessures à répétition, qui l'ont envoyé plus souvent à l'infirmerie que sur les terrains. Opéré du genou droit à l'automne 2011, il a dû attendre une dizaine de mois avant de faire son retour à la compétition. Problème, Saihi a rechuté l'hiver dernier et s'est contenté de six bouts de match en L1 lors de la deuxième moitié de la saison 2013/2014. « Ce n'est pas évident quand tu reprends après une longue période d'absence et qu'au final, de petits soucis persistent. Ce n'est pas facile à gérer », a reconnu le Pailladin au mois de septembre sur le site officiel du MHSC.

Depuis le début de la saison, Rolland Courbis fait attention à ne pas surcharger le programme de son protégé. L'entraîneur montpelliérain ménage régulièrement Saihi en L1 et s'applique à lui accorder des temps de repos. Par conséquent, quand la sélection tunisienne a fait appel à lui pour un match décisif dans la course à la qualification pour la CAN 2015, mi-novembre face au Botswana, l'ancien entraîneur de Marseille a vu rouge. « Depuis août, c'est un cas très délicat à gérer pour moi. Alors le voir titulaire en sélection pour disputer un match sur un terrain synthétique, oui j'ai les boules car j'ai peur de voir trois mois de précautions réduits à néant en l'espace d'un match. Jamel est le joueur programmé pour jouer devant notre défense. Si on le perd, on perd un pilier. » Par cette phrase, Courbis résume le poids de Saihi à Montpellier, un huitième qui regarde vers le haut du classement en championnat.

Depuis le départ de Benjamin Stambouli pour Tottenham en fin de Mercato estival, celui qui a tout connu avec Montpellier, des équipes de jeunes à la Ligue des Champions, est devenu l'option numéro 1 de MHSC dans le rôle de sentinelle. Une position qu'il avait occupée avec succès en 2011/2012, la saison du titre pour Montpellier. Apparu à trente reprises en championnat (dont 28 comme titulaire), Saihi avait été essentiel dans cette conquête inattendue face au PSG, passé sous pavillon qatari l'été précédent. Il s'était imposé comme l'un des tout meilleurs à son poste en L1 et semblait sur la voie royale pour exploser au plus haut niveau. Il avait confirmé dans la foulée en C1, avant d'être stoppé dans son élan par les blessures. « J'ai un peu perdu de temps avec ces soucis physiques mais j'ai confiance, je sais que je peux revenir au niveau qui était le mien. » A 27 ans, Saihi entre dans les meilleures années de sa carrière. A condition que son corps le laisse enfin tranquille.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant