Montolivo, capitaine de pacotille ?

le
0
Montolivo, capitaine de pacotille ?
Montolivo, capitaine de pacotille ?

Sans style sur le terrain, le vestiaire du Milan AC coince aussi en terme de leadership. La faute aussi à un Riccardo Montolivo, capitaine lambda, à des années-lumière des illustres porteurs du brassard rossonero.

Regard vitreux, absence totale de charisme, autorité proche de zéro et une ressemblance avec Gad Elmaleh pour couronner le tout. Riccardo Montolivo a beaucoup de mal à assumer son rôle de capitaine du Milan AC. Il paraîtrait même que des occupants de la Curva Sud l'auraient gentiment invité à abandonner le brassard suite à sa série de mauvaises prestations pour le refiler à De Jong, plus couillu. Cela fait maintenant un an et demi qu'il porte cette étoffe lourde de sens quand on sait à qui elle a appartenu. Le temps passe et le choix de lui attribuer le capitanat convainc de moins en moins de monde. D'autant plus que Montolivo a déjà fêté ses 30 ans au début du mois et qu'il montre toujours de grosses limites caractérielles, mais aussi techniques. Cible facile peut-être, mais ô combien représentative du creux de la vague dans lequel s'est enfoncé le Milan AC.
L'art de stagner au même niveau
Plus que son brassard, ses prestations sont dans le viseur. Rappelons qu'il restait sur une grave blessure au tibia contractée juste avant le Mondial 2014 lors d'un amical contre l'Irlande : six mois sur le carreau et un retour contre l'Udinese fin novembre. Dès le match suivant, il réintègre l'équipe type pour ne plus en sortir. Mezzala dans le milieu à trois d'Inzaghi, il a offert des prestations très alternatives et souvent insuffisantes. L'excuse du manque de condition physique tient jusqu'à un certain point et son apport dans le jeu reste très quelconque. Et pourtant, il a également été aligné au poste de regista, c'est-à-dire à la Pirlo, les deux derniers matchs contre la Lazio. Montolivo n'a jamais caché que c'était son poste de prédilection, mais il n'y a jamais vraiment fait ses preuves non plus. Trop lent, vista moyenne, peu de prise de risques, tout juste une passe décisive à Klose. C'est toute l'équipe qui va mal ? Ok, mais le problème, c'est qu'il est le premier à couler.

Et ce n'est pas un problème qui date d'hier, cela fait des années qu'on attend le fameux "saut de qualité" comme il l'appelle de l'autre côté des Alpes. Déjà à la Fiorentina, il avait rapidement plafonné et manquait de régularité. Que dire de ses 58 sélections en équipe d'Italie ? Un Euro, une Coupe du monde et deux Coupes des confédérations traversées dans l'anonymat, avec tout juste une jolie passe dec' à Balotelli en demie contre l'Allemagne en 2012. Organisateur de jeu par...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant