Monti veut éviter que l'euro divise les peuples

le
0
Le président du Conseil italien estime que sans son plan d'austérité, l'Italie se trouverait dans une situation identique à la Grèce.

«Sans ce plan d'austérité, l'Italie risquait de s'effondrer», a lancé lundi Mario Monti devant la presse étrangère. «Nous sommes désormais plus crédibles en Europe», a-t-il répété dans l'après-midi au Parlement, en exposant le détail des mesures «très complexes» adoptées la veille.

Dix-huit jours après sa nomination comme président du Conseil, l'ex-commissaire européen, qui refuse d'envisager pour lui un avenir politique après la fin de cette législature en avril 2013 et a renoncé à son salaire ministériel, estime que sans ce paquet de mesures, l'Italie se serait trouvée dans une situation identique à la Grèce, « pays pour lequel nous avons une grande sympathie, mais que nous ne voulons pas imiter».

«Nous avons fait notre devoir» à la veille d'une semaine «cruciale» pour l'Europe, a-t-il ajouté tandis que les marchés gratifiaient la prestation de son gouvernement d'une baisse salutaire des taux d'intérêt comme on n'en voyait pas depuis plusi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant