Monti, un économiste proeuropéen à la rescousse de l'Italie

le
0
DÉCRYPTAGE - Commissaire européen pendant dix ans, en charge du Marché intérieur puis de la Concurrence, Mario Monti apparaît aux yeux des Italiens comme l'homme de la situation.

En pleine bourrasque monétaire, au beau milieu d'une confrontation sans égale avec le reste de l'Europe, préoccupée par la contagion de la Grèce sur la troisième économie du continent, Mario Monti apparaît aux yeux des Italiens comme l'homme de la situation.

S'il succède à Silvio Berlusconi comme président du Conseil, il n'aura pas besoin de se présenter à ses pairs européens, ni de transmettre son CV à Bruxelles. Ayant déjà été commissaire européen pendant dix ans, en charge du Marché intérieur de 1994 à 1999, puis de la Concurrence jusqu'en novembre 2004. C'est à ce titre qu'il avait infligé une colossale amende de 497 millions d'euros à Microsoft, le géant américain dirigé par Bill Gates, pour infraction aux lois européennes antitrust. Son mot d'ordre est déjà un programme de gouvernement: «À bas les privilèges.»

Austère et discret 

Silvio Berlusconi le connaît et le respecte. C'est d'ailleurs lui qui l'avait présenté à Bruxelles

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant