Monti impose un autre plan de rigueur

le
0
Le nouveau président du Conseil italien dévoile un plan d'économies qui vient s'ajouter aux 54,26 milliards déjà décidés. Avec une importante réforme des retraites et des mesures de relance.

«Nous sommes devant une alternative cruciale : ou des mesures d'austérité aujourd'hui, ou la faillite de l'État italien demain, avec le risque d'être accusé d'infamie pour avoir détruit l'euro», a résumé Mario Monti, le président du Conseil, à la quarantaine de délégations politiques et syndicales consultées ce week-end. Dans la foulée, le Conseil des ministres a adopté le plan que Mario Monti défendra cet après-midi devant le Parlement.

Le président du Conseil voulait le dévoiler avant la réouverture des marchés financiers ce matin, dans l'espoir d'enrayer la descente aux enfers des taux italiens sur la dette publique. Il l'exposera en fin de semaine au Conseil européen, comme promis lors de sa nomination le 18 novembre.

«La situation s'est aggravée, mais nous pouvons nous en sortir», a-t-il lancé dimanche en réaffirmant que l'équilibre budgétaire serait atteint en 2013. Mario Monti place son action sous le double signe de la croissance et de l'équitü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant