Montezemolo quitte Ferrari, remplacé par Marchionne

le
1

(actualisé avec déclarations de Marchionne et Montezemolo) MILAN, 10 septembre (Reuters) - Luca Cordero di Montezemolo quittera la présidence de Ferrari le 13 octobre pour être remplacé par Sergio Marchionne, l'administrateur délégué de la maison mère Fiat FIA.MI . Le départ de Montezemolo, annoncé par Fiat mercredi, était largement attendu au vu de ses divergences de plus en plus affichées avec Sergio Marchionne au sujet de la stratégie et du rôle de Ferrari au sein du nouvel ensemble formé par Fiat et Chrysler. Des sources avaient indiqué lundi qu'il pourrait quitter ses fonctions avant la fin de l'année. ID:nL5N0R94JG L'action Fiat progresse de 1,5% vers 13h45 GMT, tandis que l'indice de la Bourse de Milan .FTMIB est stable. Montezemolo, président de Ferrari depuis 1991, veut préserver l'autonomie de Ferrari et plafonne les ventes à quelque 7.000 exemplaires par an pour conserver le caractère exclusif de la marque au cheval cabré. Marchionne veut au contraire intégrer davantage Ferrari dans le groupe Fiat pour effectuer une percée dans le haut de gamme. Sergio Marchionne a déclaré mercredi que Ferrari conserverait sa politique de limitation des ventes annuelles mais que le niveau de plafonnement pourrait être progressivement augmenté pour tenir compte de la hausse de la demande. Le patron de Fiat a réaffirmé qu'une introduction en Bourse de Ferrari n'était pas actuellement à l'ordre du jour mais que la décision finale appartiendrait au conseil d'administration du nouveau groupe issu de la fusion entre Fiat et Chrysler. La départ de Montezemolo, le 13 octobre, coïncidera avec l'introduction en bourse de New York par Fiat, qui détient 90% du capital de Ferrari, de la nouvelle entité Fiat Chrysler Automobiles (FCA). "Ferrari aura un rôle important à jouer au sein du groupe FCA au vu de la prochaine cotation à Wall Street. Ce sera le début d'une nouvelle étape qui, à mon sens, doit être menée à bien par l'administrateur délégué du groupe", explique Montezemolo dans un communiqué. MONTEZEMOLO CANDIDAT À LA PRÉSIDENCE D'ALITALIA Marchionne a dit que Montezemolo et lui-même avaient eu une discussion poussée sur l'avenir de Ferrari et que "notre désir commun de voir Ferrari réaliser son véritable potentiel (en Formule Un) a débouché sur des malentendus, qui sont devenus patents durant le dernier week-end". L'administrateur délégué de Fiat avait dit dimanche que la performance décevante de l'écurie Ferrari en Formule Un était "inacceptable" et qu'il était "absolument inimaginable" que Ferrari ne renoue pas avec la victoire. Sous la présidence de Montezemolo, Ferrari a atteint le plus haut niveau de la Formule Un, décuplé son chiffre d'affaires et triplé ses ventes en volume. L'administrateur délégué d'Unicredit CRDI.MI a déclaré mercredi que Luca Cordero di Montezemolo ferait un bon candidat pour la présidence de la compagnie aérienne Alitalia. "Etant donnée son expérience, Montezemolo pourrait être un bon candidat", a dit Federico Ghizzoni en marge d'une conférence. La banque italienne est l'un des principaux actionnaires d'Alitalia ainsi que l'un de ses bailleurs de fonds. Luca Cordero di Montezemolo a déclaré que prendre la présidence d'Alitalia était une possibilité mais qu'il ne prendrait de décision qu'une fois parti de Ferrari. Alitalia a signé début août un accord d'alliance avec Etihad Airways qui va acquérir 49% du capital de la compagnie italienne en difficulté et lui apporter 560 millions d'euros pour financer sa restructuration, qui passera par une sévère réduction des effectifs. (Agnieszka Flak, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison et Juliette Rouillon)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • clebs93 le mercredi 10 sept 2014 à 17:04

    C'est très bien. Bientôt le moindre parvenu pourra se payer sa Ferrari. Demain peut-être que les ouvriers pourront avoir un modèle Ferrari en plastique de 4 chevaux. Oui à la démocratisation du grand luxe, c'est le meilleur moyen de tuer l'idée de luxe.