Montella, du romantisme au pragmatisme

le
0
Montella, du romantisme au pragmatisme
Montella, du romantisme au pragmatisme

Symbole d'une nouvelle vague d'entraîneurs italiens partisans d'un jeu spectaculaire et audacieux lorsqu'il officiait sur le banc de la Fiorentina, Vincenzo Montella a transformé l'AC Milan en une équipe réaliste et solidaire, mais rarement flamboyante. Un changement de style assumé, pour un technicien qui a su d'adapter aux exigences de résultats immédiats du club rossonero.

Certains matchs sont à l'image d'une saison. Le lundi 13 février, Milan, mené un à zéro par la Lazio à l'Olimpico, subit en silence. Les Rossoneri, diminués par les blessures, peu inspirés offensivement, serrent les dents, défendent comme des acharnés face à des Laziali qui multiplient les offensives. Une détermination payante, qui permet aux Lombards d'arracher le nul dans les derniers instants grâce à un but de Suso. " Nous avons eu des jours meilleurs", concède Vincenzo Montella à la fin de la rencontre. "Mais je trouve ça excitant de voir cette équipe et l'énergie unique qui se dégage de ce groupe." Avec lui, Montella le sait, Milan a appris à conjuguer souffrance et victoire. Et tant pis si la manière n'est pas toujours au rendez-vous.

La vente de Milan sans doute reportée

Ancien esthète


C'est pourtant un entraîneur focalisé sur une idée de jeu précise qui mène la Fiorentina trois années consécutives dans le top cinq de la Serie A de 2012 à 2015, en proposant l'un des jeux les plus léchés de la Botte. Montella impose alors un style sans concession, axé sur la possession de balle, la recherche constante de mouvement et les redoublements de passes, quel que soit l'adversaire affronté. "Certains s'adaptent à l'adversaire. Nous, nous devons essayer d'imposer notre jeu coûte que coûte, tout en considérant les particularités adverses. Nous somme aussi une équipe qui prend du plaisir sur le terrain", expliquait-il en décembre 2013. La rupture avec l'AC Milan cuvée 2016-2017, qu'il a pris en main l'été dernier, n'en est que plus surprenante. Le Milan version Montella ressemble plus à une formation travailleuse et résiliente qu'à une machine collective triomphante et dominatrice. Septième au classement, Milan n'en a pas moins la dixième attaque de la Serie A et a remporté

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant