Montée des eaux : New York se barricade

le
1
Montée des eaux : New York se barricade
Montée des eaux : New York se barricade

D'ici à 2050, 800.000 New-Yorkais vivront dans des zones inondables, qui couvriront le quart de la surface de la ville, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. "Sandy a coûté 19 milliards (...) mais une tempête similaire en 2050 pourrait coûter 90 milliards de dollars", a-t-il ajouté, invoquant "la hausse des températures et du niveau des océans".

L'ouragan Sandy, qui a frappé la côte est des Etats-Unis fin octobre 2012, avait fait 43 morts à New York. Il avait inondé une partie de Manhattan, privé d'électricité pendant plusieurs jours le sud de l'île et plusieurs autres quartiers de New York, et détruit de très nombreuses habitations le long des côtes. Il avait aussi paralysé les transports, créé une pénurie de carburant, et rendu inopérants les téléphones dans certains secteurs.

Michael Bloomberg a ainsi préconisé la construction d'une série de murs anti-crue amovibles dans le sud de Manhattan, le renforcement ou la création de dunes le long des côtes les plus exposées à Staten Island, Brooklyn et dans les Rockaways (Queens) et la création de digues et autres dispositifs de protection dans les endroits particulièrement vulnérables. Certains pourront faire selon lui jusqu'à 6 mètres de haut, et s'intégrer dans des projet surélevés.

New York compte quelque 835 km de côtes, et Michael Bloomberg a déclaré qu'il n'était pas question de les abandonner, alors que ces dernières années, des millions ont été dépensés pour

(...) Lire la suite de l'article
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lm123457 le mercredi 3 juil 2013 à 10:32

    Se baricader alors que la montée des eaux est inéluctable .. C'est bien une idée de ricain. Les holandais ont réussi parce que cela a été marginal. ET d'ailleurs, eux aussi vont déguster. Juste lesr icains rejettent 6 fois plus de gaz à effet de serre que les européens. Donc c'est quand ils dégustent qu'on peut rigoler. "le niveau de vie des américains n'est pas négociable" (Bush).